Feeling the heat in Cancun

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Grant Mitchell le 29 novembre 2010

Cet blogue est disponible dans la langue officielle dans laquelle il a été redigé.
This blog is available in the language in which it was written.

 

Even though the Cancun climate change meeting - the next step after Copenhagen - starts today, Canada is without any kind of plan upon which to base our negotiating position. This week, we heard announcements from the government that we would not follow the US lead and then that we would.

The US cap and trade plan had been, by all accounts, accepted by our government. The prospects of US legislation getting off the ground, however, died with the recent election of a Republican congress that will throw that out.

But, the Obama administration has resorted to another approach. The government can regulate greenhouse gases under their Environmental Protection Agency. The problem for a Canadian government not wanting real climate change action while saying they will follow the US lead is that the US has revealed real commitment to serious action under the EPA. Their regulations will establish stringent emission levels for big emitters and will take effect Jan 2, 2011.

Our Minister of Environment initially said that this would create a patchwork of regulation and Canada would have none of it.

Now, we see what seems to be  the reversal in that position with him indicating that he will try to mimic US action.

The latter is very late in the game for Cancun.  We are still without any plan to meet our 2020 objectives, and with only a part-time Minister of Environment.


Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »