La Journée internationale de la paix

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par la sénatrice Mobina Jaffer le 21 septembre 2011

« La Journée internationale de la paix offre une occasion unique de faire cesser la violence et les conflits dans le monde entier. Par conséquent, il importe de la faire connaître et observer le plus largement possible au sein de la communauté mondiale. »    

-         Assemblée générale des Nations Unies

 

Depuis 1981, on observe chaque année, le 21 septembre, la Journée internationale de la paix. Créée par les Nations Unies, cette journée souligne l’importance de faire front commun pour que les hommes, les femmes et les enfants du monde entier vivent dans la paix. Aujourd’hui, alors que nous réfléchissons à l’importance de la paix, je voudrais attirer votre attention sur le rôle unique que les femmes peuvent jouer à cet égard.

Le 31 octobre 2000, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité la Résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité. Cette résolution porte expressément sur l’impact des conflits armés sur les femmes et les filles. Elle réclame non seulement la pleine et égale participation des femmes au processus décisionnel, mais aussi la protection des droits des femmes de tous âges. La résolution 1325, qui marque l’aboutissement de nombreuses années de travail, est la première résolution traitant exclusivement de la paix et de la sécurité des femmes.

Au Canada, le gouvernement et la société civile veulent clairement que cette résolution soit mise en œuvre de la manière la plus complète possible. De 2002 à 2005, j’ai eu le privilège de présider le Comité canadien sur les femmes, la paix et la sécurité. Alors que j’assumais la présidence de ce comité, j’ai été nommée envoyée spéciale au Soudan où j’ai pu participer au processus de paix et constater de visu le rôle important que les femmes peuvent jouer dans ce processus. Pendant mon séjour dans ce pays, je me suis demandé où étaient toutes les femmes. J’ai su que les choses devaient changer le jour où j’ai réalisé qu’elles ne participaient pas aux négociations pour la paix. Les multiples démarches et efforts de persuasion faits ont porté fruit : plus de 17 femmes ont pu prendre place à la table des négociations à Abuja. Et j’ai assisté, émerveillée, à l’évolution du processus de paix. Toutes les femmes présentes ont pu apporter un point de vue des plus précieux qui a eu d’importantes répercussions sur le plan pratique.

En ce jour où la communauté internationale célèbre la paix, réagissons à la situation dramatique des femmes du Congo qui continuent d’être victimes de ce que l’on a appelé la guerre contre les femmes. Faisons entendre la voix des jeunes Afghanes dont les droits fondamentaux sont constamment bafoués. Enfin, reconnaissons que, pour instaurer une paix réelle et durable, il faudra nécessairement faire appel aux femmes.

Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »