Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Maria Chaput

L Experte-conseil, directeur, directrice adjointe, directrice général, auteur, et bénévole sont quelques-uns des rôles et des responsabilités occupés par la sénatrice Maria Chaput au cours de sa carrière. Nommé au Sénat le 12 décembre, 2002, elle est la première franco-manitobaine femme à siéger au Sénat.

Le budget de 2012

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Grant Mitchell le 05 avril 2012

Voici quelques-unes des réflexions que m’inspire le premier budget du gouvernement conservateur majoritaire :

1. Cela me confirme qu’il est très peu probable que les conservateurs arrivent un jour à équilibrer le budget sans trafiquer les chiffres, comme l’avaient fait ceux qui étaient au pouvoir en Ontario à la fin des années 1990. D’un côté, ils font des compressions de seulement 5,5 milliards de dollars, mais de l’autre, ils poursuivent leur programme de répression de criminalité, qui coûtera jusqu’à 19 milliards de dollars au cours des 5 à 10 prochaines années. Et ils demeurent engagés à faire l’acquisition d’avions de chasse F-35, des appareils qui sont maintenant hors de prix et qui seront de plus en plus cher.

Je suis convaincu qu’ils ne peuvent véritablement équilibrer le budget, parce que les décisions qu’ils prennent sont idéologiques. Ils sont davantage mus par leurs impulsions idéologiques que par le souci de bien gérer, ce qui leur fait perdre le contrôle quand les choses se compliquent.

2. Ils ont littéralement mis la hache dans les programmes environnementaux, particulièrement ceux consacrés aux changements climatiques. J’ai aussi été frappé de voir qu’ils ont mis un terme définitif aux travaux de la Table ronde nationale sur l’économie et l’environnement. Ils ont mis à pied plus de 1 000 employés du ministère de l’Environnement, dont beaucoup de scientifiques. Ils ont éliminé pratiquement tous les programmes destinés à aider les Canadiens à réduire leurs émissions de GES. Ils ont renié le Protocole de Kyoto.

3. Et maintenant, ils s’en prennent aux organisations caritatives (je veux parler des groupes environnementaux) qui osent participer aux débats d’intérêt public dans ce pays. Les conservateurs modifient leurs arguments au gré des événements, et quand un de leurs arguments est démoli, parce qu’infondé ou fallacieux, ils passent au suivant. D’abord, ils disent que les organisations caritatives ne devraient pas être autorisées à obtenir du financement de sources étrangères, laissant sous-entendre, d’une certaine manière, que cela coûte quelque chose aux contribuables puisque cet argent provient de dons.

Mais, bien sûr, les fondations étrangères ne sont pas assujetties à l’impôt dans leur propre pays, et au Canada non plus. Du coup, ils avancent l’argument selon lequel les organisations caritatives canadiennes (je veux parler encore des groupes environnementaux) ne devraient pas bénéficier des avantages fiscaux qu’elles pourraient tirer, en raison de leur statut, des fonds qu’elles reçoivent, y compris de donateurs canadiens, ni prendre part aux débats d’intérêt public (je veux parler des débats et des processus d’examen environnemental concernant les projets d’exploitation des sables bitumineux).

Maintenant, avec ce budget, on demande aux organisations caritatives de fournir davantage d’informations sur leurs activités « politiques », et on donne même 8 millions de dollars à l’ARC pour se pencher sur la question. Je rappelle qu’actuellement, aucune organisation caritative n’est autorisée à soutenir quelque parti politique que ce soit; si elle le fait, elle risque de perdre son statut.

Tout cela aura pour effet de refroidir les ardeurs des groupes environnementaux qui, au demeurant, ont tout à fait le droit de prendre part aux débats sur l’environnement dans ce pays.

Qui peut décider quelle activité politique est acceptable ou non? Que dire, alors, des groupes et des églises fondamentalistes, qui sont considérés comme des organisations caritatives, mais qui s’invitent dans le débat « politique »?

4. Ils disent qu’ils vont faire des compressions de 5 milliards de dollars sur 3 ans, faisant croire aux gens qu’ils vont réduire les dépenses, mais en réalité, pendant cette période, les dépenses vont passer de 276 à 296 milliards de dollars.

Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »