Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Mobina Jaffer

L Nommée au Sénat le 13 juin 2001 par le Très honorable Jean Chrétien, la sénatrice Mobina Jaffer représente la Colombie Britannique et la division sénatoriale Colombie Britannique. En 2005, elle figurait parmi les 100 femmes les plus influentes au Canada.

Lettres à Gail : Lettre no 2 d’une série concernant son inaction relative à l’évasion fiscale à l’étranger

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Percy Downe le 20 avril 2012

Le 16 avril 2012


L’honorable Gail Shea, C.P., députée
Ministre du Revenu national
555, avenue MacKenzie, 7e étage
Ottawa (Ontario)  K1A 0L5

Madame la Ministre,

J’ai des questions au sujet du fonctionnement du Programme des divulgations volontaires (PDV) de l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Il y a quatre ans, le gouvernement de l’Allemagne a remis au gouvernement du Canada une liste de 106 Canadiens qui possédaient, au Liechtenstein, des comptes bancaires secrets totalisant plus de 100 millions de dollars. En 2009, le Parlement a demandé au gouvernement si ces 106 Canadiens avaient fait appel au Programme des divulgations volontaires ou y étaient admissibles. Le gouvernement avait alors répondu :

[...] Le Programme des divulgations volontaires, le PDV, favorise l'observation de la loi en encourageant les contribuables à corriger de bon gré leurs omissions passées dans leurs rapports avec l'ARC. Si les contribuables font une divulgation complète avant que l’ARC entame des mesures d’observation ou une enquête, ils pourraient devoir payer seulement l’impôt dû, plus les intérêts, et ne seront pas assujettis à des pénalités ou poursuites judicaires.

Étant donné que des mesures d’observation ont été commencées pour tous les contribuables inscrits sur la liste, ils ne sont plus admissibles à des fins de considération dans le cadre du PDV.

Or, l’année suivante, le gouvernement a changé son fusil d’épaule, sans fournir d’explication :

[...] en date du 10 juin 2010, 20 résidents du Canada qui détiennent des comptes au Liechtenstein ont profité du Programme des divulgations volontaires de l’ARC.

Selon les conditions d’admissibilité établies par l’ARC, le contribuable qui était au courant d’une vérification, d’une enquête ou d’autres mesures d’exécution que devait entreprendre l’ARC ne peut pas bénéficier du PDV. L’ARC a déclaré publiquement que, car des mesures d’exécution avaient déjà été entreprises dans le cas des 106 Canadiens qui détenaient des comptes bancaires secrets au Liechtenstein, aucun d’eux n’était admissible au PDV.

Mes questions sont les suivantes :

1. Comment l’ARC peut-elle concilier ces deux déclarations contradictoires, faites au Parlement à une année d’intervalle?

2. Qui a exercé des pressions sur l’ARC, ou sur vous, la ministre du Revenu, pour modifier la politique? Pouvez-vous fournir la liste de ces lobbyistes?

3. Le gouvernement peut-il fournir une copie de tous les documents et de toutes les communications (notamment les lettres, les courriels et les notes d’information) se rapportant à ce changement de politique?

4. Quelle est la valeur des avantages financiers (taxes et pénalités réduites) dont ont profité les bénéficiaires de ce changement de politique?

Ce dossier a suscité nombre d’interrogations et d’inquiétudes de la part de Canadiens, qui me réclamaient une explication. Je vous la réclame à mon tour.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma très haute considération.


[signature]
Percy E. Downe,
sénateur

Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »