Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Nick Sibbeston

L Nommé au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien, le sénateur Nick Sibbeston représente les Territoires du Nord-Ouest et la division sénatoriale Territoires du Nord-Ouest. Sa nomination remonte au 2 septembre 1999.

Lettres à Gail no 3 : Outrage au Parlement? Gail Shea refuse de répondre à des questions écrites au Parlement, mais donne de l’information à l’émission The National, sur le réseau CBC

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Percy Downe le 25 avril 2012

 

 

Le 23 avril 2012

 

L’honorable Gail Shea, C.P., députée
Ministre du Revenu national
7e étage
555, avenue Mackenzie
Ottawa (Ontario) K1A 0L5

 

Madame la Ministre,

J’ai une question à propos de certaines déclarations de votre personnel relayées lors de la télédiffusion de The National par CBC Television le jeudi 5 avril 2012.

Le reportage, qui portait sur les plus de 1 700 Canadiens dont on a appris qu’ils avaient de l’argent dans des comptes secrets dans une banque suisse, était suivi de ces commentaires de la journaliste, Diana Swain :

Tard aujourd’hui, le bureau de la ministre du Revenu national, Gail Shea, a dit rejeter cette allégation… Il souligne que, au cours des deux dernières années, on a signé avec des pays du monde 19 ententes visant à abolir ces stratagèmes fiscaux et affirme que, depuis que leur nom a été publié, 84 Canadiens ont déclaré volontairement 18 millions de dollars en impôts impayés. [Traduction]

Cette référence à 84 Canadiens qui ont eu recours au Programme des divulgations volontaires a piqué ma curiosité et m’a rappelé une question que j’avais posée au Sénat l’an dernier (ci-dessous) :

Objet : Possibilité de fraude fiscale en Suisse

En 2009, le gouvernement de la France a été informé de l'existence de quelque 80 000 comptes bancaires en Suisse, dont environ 8 000 avaient été ouverts par des citoyens français souhaitant éviter de payer les impôts qu'ils devaient à l'État français. La France a fait savoir depuis qu'elle avait recouvré des millions d’euros d'impôts impayés. Le fisc français a informé le gouvernement du Canada qu’environ 1 785 de ces comptes bancaires en Suisse appartiennent à des Canadiens. [Traduction]

Une de mes questions était la suivante :

D’après les renseignements reçus du gouvernement français, le gouvernement du Canada pourrait-il répondre aux questions suivantes :

Combien de Canadiens identifiés comme étant titulaires d’un compte bancaire à l’étranger se sont prévalus du Programme des divulgations volontaires de l’Agence du revenu du Canada? [Traduction]

Votre réponse à mes questions était la suivante :

L’Agence du revenu du Canada (ARC) est tenue d’observer de près la loi sur la confidentialité et sur la protection de la vie privée. Des renseignements provenant de diverses sources sont souvent fournis à l’ARC puisque celle-ci ne peut les divulguer. Lorsque l’ARC est libre de fournir les renseignements, elle s’efforce de le faire; à d’autres moments, elle est limitée dans cette capacité.

Afin de respecter les exigences liées à la confidentialité et de préserver des relations internationales harmonieuses, l’ARC doit se conformer aux exigences imposées par les traités et les accords fiscaux internationaux à l’égard de la divulgation d’information reçue des signataires des traités avec le Canada.

Le préambule de la question ci-dessus précise que le Canada a reçu les renseignements mentionnés dans la question du gouvernement de la France. Ces renseignements ont été présentés au gouvernement du Canada en vertu d’un traité fiscal international. À ce titre, ils sont protégés par l’article sur l’échange de renseignements de la convention fiscale pertinente (dans ce cas, l’article 26 de la Loi sur la Convention Canada-France en matière d’impôt sur le revenu) et par l’alinéa 19(1)a) de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Par conséquent, pour les raisons que j’ai citées ci-dessus, les renseignements demandés ne peuvent être communiqués. [Traduction]

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’information que j’avais demandée, pour me faire dire que la divulgation de cette information pourrait menacer la vie privée, la confidentialité et « des relations internationales harmonieuses », était tout à coup disponible au journal télévisé du soir!

Selon la CBC, cette information émanait de votre bureau.

Comment votre agence et vous conciliez-vous le fait de dissimuler de l’information demandée au Parlement avec celui de fournir cette même information dans une réponse donnée en catastrophe à la suite de la demande d’information d’une journaliste?

C’est une question sérieuse. J’attends votre réponse.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Percy E. Downe
Sénateur

Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »