Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Paul Massicotte

L Le sénateur Paul Massicotte a été nommé au Sénat le 26 juin 2003 par le Premier ministre Jean Chrétien. Il représente la province de Québec et la Division sénatoriale de De Lanaudière.

Intervention en cas de déversement d’hydrocarbures

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Grant Mitchell le 17 mai 2012

Je ne sais pas si les conservateurs s’en rendent compte, mais c’est la peur d’un déversement de pétrole qui constitue l’un des plus gros obstacles au projet de pipeline Northern Gateway. On pourrait donc s’attendre à ce que les conservateurs veuillent démontrer à la population qu’ils prennent cette préoccupation au sérieux. Que non! Dans une décision défiant toute logique, ils ont plutôt décidé de fermer les bureaux du Programme des urgences environnementales de Vancouver et presque tous les autres bureaux du Canada et de les fusionner en deux bureaux, tous les deux au Québec.

Le Programme des urgences environnementales (PUE) est chargé de diriger et de coordonner les interventions dans les grandes urgences environnementales. Par exemple, si le déversement de pétrole du golfe était survenu au Canada, c’est le PUE qui en aurait chapeauté les opérations. Si un navire déverse du pétrole au large de Kitimat, il faudrait que le PUE puisse diriger les opérations, mais les responsables seront au Québec, à des milliers de kilomètres de là.

Personne n’est assez fou pour croire que le gouvernement prend ses préoccupations au sérieux quand il décide de déplacer à des milliers de kilomètres les intervenants qui devraient s’occuper des déversements. Ce n’est pas de cette façon que le gouvernement convaincra les opposants d’accepter le projet de pipeline. Je dirais plutôt qu’il leur fait un pied de nez. Peut-être que les conservateurs savent qu’ils peuvent le faire en toute impunité parce qu’ils sont en train de modifier le processus d’évaluation environnementale de manière à pouvoir forcer les décisions sans tenir compte de ce que dit ou pense la population.


Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »