Que tous les Canadiens aient des chances égales de participer à des activités sportives quel que soit leur sexe...

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par la sénatrice Mobina Jaffer le 27 juillet 2012

La première recommandation formulée par le Comité sénatorial des droits de la personne dans son dernier rapport, intitulé Niveler les chances, est de demander à ce que le gouvernement du Canada veille à ce :

Que tous les Canadiens aient des chances égales de participer à des activités sportives et récréatives, quelle que soit leur incapacité, leur sexe, leur culture ou leur origine ethnique;

Qu’une analyse fondée sur la diversité et l’égalité des sexes soit incorporée à la recherche ainsi qu’à la conception et à la mise en œuvre de tous les programmes et politiques gouvernementaux concernant la participation aux activités sportives et récréatives.

Le Comité, dans ce rapport consacré à la participation des Canadiens handicapés à des activités sportives, a choisi d’utiliser l’expression « quelle que soit leur incapacité, leur sexe, leur culture ou leur origine ethnique », car, comme il est indiqué dans ce rapport, « plusieurs témoins ont fait remarquer que les filles ont toutes tendance à faire moins de sports physiques que les garçons ».

Les Jeux olympiques de Londres de 2012 comporteront cinq épreuves de canoë… dont aucune épreuve féminine. Les Canadiennes Laurence Vincent-Lapointe et Mallorie Nicholson sont parmi les canoéistes féminines les plus rapides du monde, mais elles ne seront pas autorisées à concourir aux Jeux olympiques. Laura Robinson, ancienne membre de l'équipe nationale de cyclisme féminin, souligne également[1] que, si 145 cyclistes de route masculins ont été invités à concourir aux Jeux de Londres, seules 67 cyclistes féminines ont été autorisées à concourir à l’épreuve de route féminine. De plus, ajoute-t-elle, le CIO invite les grandes nations du cyclisme de montagne à envoyer trois cyclistes masculins, mais seulement une cycliste féminine.

Quel message adresse-t-on ainsi aux femmes qui se passionnent pour le canoë ou pour le cyclisme? Que leur participation et leurs épreuves ont, d’une certaine façon, moins d’intérêt, moins de raisons d’être célébrées, que celles de leurs homologues masculins. On ne s’étonnera dès lors pas que des témoins aient déclaré au Comité avoir remarqué que les filles ont tendance à faire moins de sports physiques que les garçons quand on sait désormais que la plus grande institution sportive mondiale, les Jeux olympiques, limitent la participation des femmes par rapport à celle des hommes. Une bonne nouvelle cependant : pour la première fois de l'histoire des Jeux, chaque nation membre du Comité international olympique enverra au moins une femme aux Jeux de cette année[2].

C’est un premier pas, une victoire symbolique. Partout dans le monde, cependant, il faudrait faire bien plus pour s’assurer que tout le monde ait des chances égales de participer à des activités sportives indépendamment de son sexe. Même au Canada, comme nous le soulignons dans notre rapport, des mesures pourraient être prises pour garantir que les filles et les garçons aient les mêmes chances de participer à de telles activités.

Que faire? Les réponses sont multiples et complexes. Tous les garçons et toutes les filles ne sont pas identiques et il peut exister différentes raisons pour lesquelles certains, ou certaines, se sentent exclus, ou pour lesquels ils ou elles ne disposent pas de fonds suffisants, ou ne bénéficient pas du même soutien d’un entraîneur que d’autres. C’est pourquoi le Comité recommande si fermement une analyse différenciée selon les sexes, « une méthode d’analyse dont l’objectif est d’examiner les effets différents, sur les hommes et les femmes, des lois ainsi que des politiques et des programmes gouvernementaux ».

La diversité du Canada est notre plus grand atout. Il semble si simple, si canadien, d’inclure tout le monde dans nos sports, dans nos jeux et dans nos activités récréatives. Et pourtant, le Comité a démonté que, en ce domaine, le Canada peut mieux faire. Chaque Canadien, femme ou homme, fille ou garçon, devrait avoir le droit de participer.



[1] En anglais seulement.

[2] En anglais seulement.


Les liens vers les sites web ne relevant pas de l'autorité du caucus libéral du Sénat sont fournis aux utilisateurs uniquement pour des raisons de commodité. Le caucus libéral du Sénat n'est pas responsable de l'exactitude, de l'actualité ni de la fiabilité du contenu. Il n'offre aucune garantie à cet égard et n'est pas responsable des renseignements associés à ces liens, pas plus qu'il ne cautionne ces sites ou leur contenu.

 

Les utilisateurs doivent être au courant de la possibilité que les renseignements offerts dans des sites, non soumis à l'autorité du caucus libéral du Sénat, qui ne sont pas assujettis à la Loi sur les langues officielles et auxquels le Forum des sénateurs libéraux comporte des liens, ne puissent être consultés que dans la(les) langue(s) employées dans ces sites.

 

(NB : Les liens aux documents sur d'autres sites ouvriront une nouvelle fenêtre de votre navigateur.)


Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »