Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Paul Massicotte

L Le sénateur Paul Massicotte a été nommé au Sénat le 26 juin 2003 par le Premier ministre Jean Chrétien. Il représente la province de Québec et la Division sénatoriale de De Lanaudière.

Se lancer d’abord dans la course concernant les changements climatiques

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Grant Mitchell le 01 avril 2009

Il est souvent avancé qu’il n’est véritablement d’aucune utilité de commencer à envisager des politiques en matière de changement climatique sans la participation de la Chine, de l'Inde et des États-Unis. Bien, cela présente un avantage. À tout le moins, si nous commençons avant les autres, nous aurons alors la chance de développer des technologies cruciales pour faire face aux changements climatiques avant que ces pays ne le fassent et, ainsi, nous pourrons leur vendre ces technologies. Si nous ne prenons pas l’initiative, ces pays le feront et nous raterons les occasions qui se présentent ainsi que les parts de marché que nous obtiendrions si nous étions les premiers à nous lancer dans l’action.

Par ailleurs, si nous attendons, il se peut que les autres pays en question créent des règles et des lois en matière de changement climatique qui auront de profondes répercussions sur notre capacité à concurrencer les autres pays ou même à participer aux marchés internationaux. Les États-Unis contribuent déjà beaucoup dans ce domaine. En effet, ils parlent sérieusement de ne pas acheter le pétrole provenant des sables bitumineux. Les sables bitumineux sont une condition nécessaire à la vigueur éventuelle de l’économie canadienne. Cela ne signifie pas pour autant que nous pouvons faire fi des pressions visant à résoudre le problème lié à leurs émissions de carbone. Nous devons le faire et, en fait, l’industrie a « compris cela », mais le gouvernement fédéral, moins. 

Les Américains sont en bonne voie de mettre sur pied un système de plafonnement et d’échange qui nous forcera à échanger des crédits sur les marchés américains si nous n’avons pas créé nos propres marchés. En fait, les marchés boursiers au Canada attendent le feu vert pour offrir ce genre de marché. Ils sont évidemment en mesure d'utiliser leur expertise dans les marchés pour créer et gérer efficacement des marchés du carbone.

Il s’agirait d’une étape importante si nous commençions même par un marché de crédits de carbone volontaire et un système d’approbation de crédits compensatoires inspirés de ceux que l’on retrouve dans de nombreuses régions du monde. Les familles, par exemple, pourraient compter sur ces marchés pour devenir neutres en carbone en achetant des crédits compensatoires équivalant au volume de carbone attribuable à leurs activités. En moyenne, chaque Canadien produit environ 5,7 tonnes d'émissions de carbone par année. Sur les marchés du carbone européens, vous pouvez acheter des crédits pour environ 15 $ la tonne. Ainsi, une famille de cinq personnes pourrait être neutre en carbone pour environ 450 $ par année. Ce montant représenterait un investissement direct dans les entreprises canadiennes qui créent des compensations et des crédits; cette initiative attirerait aussi l’attention du public sur le fait qu’il existe des solutions au problème que nous pouvons individuellement mettre en place.

L’industrie ne cesse de nous répéter qu’elle aimerait simplement savoir avec certitude ce que l’on attend d’elle. Ce n'est pas difficile à faire, nous avons tout simplement besoin de leadership et nous en avons besoin rapidement.

Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »