Pourquoi nous avons besoin d’une stratégie nationale en matière de logement

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Art Eggleton le 29 avril 2009

Récemment, le rapporteur spécial de l’ONU sur le logement, Miloon Kothari, a demandé au Canada d’élaborer une stratégie nationale en matière de logement qui soit complète et coordonnée. M. Kothari a exprimé son inquiétude quant à l’augmentation du nombre d’itinérants au Canada, aux trois millions de ménages canadiens qui ont des besoins impérieux en matière de logement (dépensant 30 p. 100 ou plus de leur revenu mensuel pour se loger) et au nombre insuffisant de logements pour les Canadiens qui vivent dans le besoin.

Un foyer ancre la famille, constitue le fondement d’une plus grande stabilité sur le marché du travail et donne un sentiment d’appartenance à la collectivité. C’est également un facteur déterminant de la santé et des retombées à long terme sur celle-ci.

Le fait d’assurer des logements convenables touche autant l’économie que la société. En Colombie-Britannique, une étude réalisée en 2001 montre que les coûts des services aux itinérants étaient de 33 p. 100 plus élevés que pour les personnes qui occupaient un logement.

Donc, à ceux qui prétendent que nous n’avons pas les moyens de fournir des logements décents, je réponds que, qu’on le prenne comme on voudra, les prisons, les hôpitaux psychiatriques et les logements d’urgence coûtent beaucoup plus cher que les logements abordables.

Nous avons tellement à gagner si nous commençons dès maintenant à élaborer une stratégie nationale relative à l’habitation. Je crois qu’on a l’obligation morale de le faire, et cela présente aussi un intérêt sur le plan économique.

Textes récents

Les Autochtones du Canada: la terminologie

24 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Les différents termes utilisés pour désigner les Autochtones du Canada peuvent porter à confusion chez certains.

La souveraineté de l'Arctique : Partie quatre

7 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Le Dr Dalee Sambo Dorough, membre experte et vice-présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, partage mon opinion et estime « qu’aucun État ne devrait pouvoir se servir du régime de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) et de dispositions des traités pour réclamer des portions du territoire de l’océan Arctique et du fond marin qu’occupent les Inuits et auquel ils ont droit, sauf s’ils sont consultés et s’ils y consentent ».

30e anniversaire

3 mars, 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | Je viens de célébrer un anniversaire au Sénat et j’aimerais remercier mes collègues pour leurs aimables paroles.

La souveraineté dans l'Arctique : Partie trois

28 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | L’an dernier, le Dr Claudio Aporta de l’Université de Dalhousie a rédigé un rapport intitulé Inuit Trails and Arctic Occupancy. Son travail est unique. En effet, il est le premier à compiler et à analyser clairement les cartes historiques de l’occupation par les Inuits de l’Arctique. Le Dr Aporta s’est servi de récits écrits, souvent basés sur d’autres documents historiques, et sur l’histoire orale pour écrire son rapport.

La souveraineté dans l’Arctique : Partie deux

21 févr., 2014 | Par le sénateur Charlie Watt | À l’automne 2012, le caucus libéral du Sénat a chargé Hutchins Legal Inc. de produire un rapport, lequel s’intitule Les Inuits : Partenaires de traités du Canada ou agents libres? Argument en faveur d’une approche concertée entre les Inuits et le Canada en vue de régler les conflits de souveraineté dans l’Arctique.
« 1 2 3 4 5  ... »