Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Dennis Dawson

L Le sénateur Dennis Dawson a été élu comme l'un des plus jeunes membres du Parlement dans l'histoire du Canada où il a servi ses électeurs de Louis-Hébert pendant trois mandats consécutifs. Il a été nommé au Sénat le 2 août 2005, et représente la province de Québec et la division sénatoriale de Lauzon.

Discours et débats

L'étude sur l'état actuel et futur du secteur de l'énergie du Canada

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 26 octobre 2010 par le sénateur Grant Mitchell

L'honorable Grant Mitchell :

Honorables sénateurs, je m'associe pleinement à ces observations. Le sénateur Angus a fait un exposé extraordinaire sur le rapport et le site web. Je n'ai pratiquement rien à ajouter. C'est ce que je dis maintenant, mais il se pourrait que j'en dise davantage que prévu d'ici la fin de mes observations.

Je partage l'enthousiasme du président à l'égard tant du travail que de la nature du comité. Le sénateur Angus a fait preuve d'un leadership peu commun, un leadership dénué de tout esprit partisan. Au sein du comité, le mot multipartite a pris tout son sens. Tous les membres du comité s'entendent et contribuent aux délibérations. Travailler au sein de ce comité avec les membres de ce comité est un pur plaisir.

Je ne veux pas répéter trop de ce que le sénateur Angus a déjà dit. Toutefois, en résumé, au Canada nous devons comprendre — et des représentants de 11 groupes et d'autres nous l'ont dit — la demande énergétique, tant à l'échelle nationale qu'à l'échelle internationale, ses répercussions sur notre industrie énergétique, les débouchés nationaux et internationaux dans ce secteur ainsi que les questions liées à la sécurité énergétique. Il est important de se pencher sur ces questions en tenant compte des paramètres d'un certain nombre d'autres questions générales, notamment celle du réseau de distribution d'électricité intelligent. Est-il possible de le mettre en place? Il y a les questions des compteurs intelligents, dont nous entendons tellement parler, des changements climatiques, dont le sénateur Angus a parlé plus précisément, et celle de la conservation. Quelle importance faut-il y accorder? En ce qui concerne les énergies de remplacement, quels en sont les coûts? Conviennent-elles à des utilisations de ce genre? Vaudrait-il mieux examiner les sources d'énergie traditionnelles et trouver des moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre, par exemple?

Voilà les conclusions auxquelles nous sommes arrivés après neuf mois de délibérations. Nous avons précisé et ciblé nos objectifs. Nous sommes prêts et possédons un bagage de connaissances suffisant. Les membres du comité ont les compétences voulues pour travailler efficacement. Cela est attribuable, en partie, au fait que nous avons entendu des témoins exceptionnels et très qualifiés, qui sont très motivés, comme on l'a mentionné plus tôt, parce qu'ils veulent participer à cette initiative. Ils comprennent l'importance fondamentale d'avoir une stratégie énergétique nationale qui réponde aux questions soulevées dans toutes les régions du pays.

Si je pouvais être albertain pendant un instant, je dirais que cette étude est particulièrement importante pour les Albertains. Les sables bitumineux sont sur la sellette dans le monde. On s'interroge sur les endroits où nous vendrons ces sables bitumineux et nos autres réserves énergétiques. Comment soutiendrons-nous la concurrence dans un monde compétitif? Comment notre pétrole sera-t-il raffiné? Ce sont des questions très importantes pour les Albertains et ceux-ci réclament une étude sur la situation. Je le répète, le Sénat est un bon endroit où faire une telle étude. Nous avons une perspective nationale en plus de ne pas avoir de parti pris particulier sur ce secteur, pas plus que pour une ONG quelconque ou quoi que ce soit d'autre, d'ailleurs.

Honorables sénateurs, les possibilités, perspectives et promesses d'une telle étude sont extraordinaires. Je peux imaginer que nous présenterons un rapport final aux sénateurs dans un an ou 14 mois en espérant que les sénateurs puissent être fiers du travail du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles.

Des voix : Bravo!

Le sénateur Mitchell : Je voudrais maintenant dire quelques mots au sujet du site Internet. Nous avons pu constater la fébrilité du sénateur Angus lorsqu'il a commencé à parler du site Internet. Je partage sa fébrilité. La seule chose qui me fait regretter de prendre la parole après lui, c'est que je voulais donner l'adresse du site. J'avais l'intention de demander un peu de temps pour que les sénateurs puissent vérifier le site [www.avenirenergiecanadienne.ca] sur leur BlackBerry.

Je tiens à souligner un trait philosophique particulier que nous avons intégré au site. Beaucoup de sites Internet, en tout cas les sites ordinaires — et je ne les critique pas — du Parlement, de la Chambre des communes et du Sénat sont à sens unique. Ils visent tous à dire des choses aux gens. Ces sites leur permettent de lire le hansard, des observations ou des blogues, mais il n'y a pas là de communication dans les deux sens. Mon expérience en politique me fait dire qu'il faut écouter, sans quoi on ne va nulle part. Plus nous discutons avec les témoins et d'autres personnes, plus nous découvrons d'information qui dépasse ce que nous disent les témoins au cours des audiences. Nous voulons donc associer à nos déplacements cette communication dans les deux sens en tenant des tables rondes avec des membres des collectivités pour comprendre leurs besoins et leurs exigences, les pressions qu'ils subissent et leurs craintes pour ce qui est du chauffage de leur maison, de la conduite de leurs autos et camions, de l'exploitation de leurs entreprises et de toutes ces choses.

(1540)

Nous avons intégré ces deux aspects : les internautes peuvent visiter notre site et voir ce que nous avons à leur dire. Ils peuvent également utiliser certaines fonctions de notre site web pour communiquer avec nous. Nous pouvons entamer un dialogue avec eux.

Quiconque voudra consulter ce rapport le trouvera sur le site web. Il s'agira de cliquer. Quiconque voudra consulter un point saillant de ce rapport pourra le trouver sur le site web. Lorsque quelqu'un voudra parcourir la transcription officielle des audiences du comité, il n'aura qu'à suivre les hyperliens figurant sur le site Web. Lorsque quelqu'un voudra regarder la webdiffusion en temps réel, il pourra se rendre sur le site web et cliquer sur l'hyperlien des audiences du comité. Lorsque quelqu'un souhaitera obtenir un extrait sonore d'un événement qui s'est produit au comité, il pourra se rendre sur le site web pour l'obtenir.

Il est aussi possible de poser des questions et de rédiger des commentaires. Ceux qui le feront obtiendront des réponses. Il est également possible d'utiliser un forum de discussion Facebook et de prendre part à des discussions sur Facebook et Twitter. Nous sommes en mesure de répondre aux questions grâce à ces outils. Nous pouvons également répondre sur un blogue.

En fait, nous pourrions recueillir les questions du public et les poser en direct pendant les audiences du comité, peut-être pas en relayant toutes les questions individuelles, mais probablement en regroupant un certain nombre de questions touchant aux mêmes domaines. Nous pourrions donc regrouper ces questions et, en ondes ou dans le cadre d'une webdiffusion, les poser directement aux témoins les plus qualifiés pour y répondre, ce qui permettrait de fournir des réponses aux auteurs des questions.

Nous disposons également d'un blogue qui nous permettra de répondre aux questions. Nous allons communiquer. Pour ceux qui craignent que quelqu'un puisse simplement communiquer et utiliser le site web pour nous causer des problèmes, je tiens à dire que leurs craintes ne sont pas fondées. Nous pouvons compter sur un système équilibré qui permettra de faire en sorte que toutes les communications soient raisonnables et convenables sans causer de problèmes à quiconque.

J'insiste sur le fait qu'il s'agit à notre avis du premier site Web du genre au Parlement du Canada, un site qui accorde autant de place aux communications dans les deux sens. Avec le temps, nous avons mis au point un excellent logiciel qui permet de créer un site Web comme celui-ci à très peu de frais. Ce logiciel permettrait de créer d'autres sites web semblables au nôtre. Voilà qui est très positif.

Je tiens à remercier encore une fois les membres du comité ainsi que le sénateur Angus et je remercie également tous les sénateurs de leur appui qui nous a permis d'obtenir le financement nécessaire à la réalisation de ce projet.

Veuillez s'il vous plait appuyer ici pour lire ce débat dans son intégralité


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »