Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Roméo Dallaire

L’honorable lieutenant général Roméo A. Dallaire, O.C., C.M.M., G.O.Q., C.S.M., C.D., L.O.M. (É. U.) (ret.), B.ès S., LL.D. (hon.), D.Sc.Mil (hon.), D.U., Le lieutenant-général (retraité) et sénateur Roméo Dallaire a reçu l'Ordre du Canada en 2002 en reconnaissance de ses efforts au cours de la Mission des Nations Unies pour le Rwanda. Il a été nommé au Sénat le 24 mars 2005.

Discours et débats

Réception en comité plénier de représentants des Collectivités autochtones.

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 12 juin 2008 par Phil Fontaine, chef national, Assemblée des Premières Nations

Phil Fontaine, chef national, Assemblée des Premières Nations:

Merci, sénateurs.  Je suis fier et honoré de prendre la parole devant vous cet après- midi. J'étais ici mardi pour observer vos délibérations et je me demandais si vous accepteriez, comme nous vous l'avions demandé, que nous soyons ici pour être entendus et pour nous exprimer, pour notre propre compte, sur un sujet que nous jugeons d'une extrême importance, pas uniquement pour les survivants de l'expérience des pensionnats indiens, mais pour l'ensemble des Canadiens.

Vous avez répondu favorablement. Votre sens de l'équité ne fait aucun doute. Vous nous avez invités dans l'honneur et nous avons reçu et accepté votre invitation avec beaucoup de reconnaissance. Je vous remercie, sénateurs, de nous avoir invités à être ici cet après- midi.

Les excuses historiques, éloquentes et sincères que le premier ministre a formulées hier, ainsi que les discours des chefs des partis de l'opposition, constituent un des événements les plus importants de notre histoire. Nous avons accepté ces excuses avec gratitude. Cependant, ce qui est le plus remarquable, c'est que l'idée de ces excuses ait pu jaillir un jour.

Comme je l'ai déclaré hier dans mon discours à la Chambre des communes, le 11 juin 2008 témoigne de la possibilité de réaliser l'impossible. La réalité qui se profile derrière ces excuses, c'est l'ampleur et la complexité de la résistance de notre peuple au projet d'assimilation que constituait l'expérience des pensionnats indiens.

Nos ancêtres, dans leur grande sagesse, ont reconnu l'injustice du système qui tentait de les contrôler et de les transformer en quelque chose que nous ne pourrions jamais être. Ils ont mené d'innombrables batailles sur différents fronts pour exercer un certain contrôle, pour vivre des vies décentes à l'abri du froid et de la faim et pour survivre à l'oppression tout en conservant leur fierté et leur dignité.

La lutte dans laquelle nous nous sommes engagés pour régler le problème des pensionnats indiens constitue une lutte pour l'obtention d'une juste indemnisation, pour la commémoration, pour la guérison, pour l'obtention d'une commission pour la divulgation des faits et, plus important encore, pour ce que nous avons obtenu hier, c'est-à-dire des excuses.

Toutes ces choses sont maintenant acquises, et le règlement sera mis en œuvre au cours des cinq prochaines années. Toutefois, la partie la plus importante de notre lutte ne concerne pas seulement l'accord de règlement et les excuses. Cela ne représente qu'un élément — important certes, mais seulement un élément — d'un ensemble beaucoup plus grand. La partie la plus importante de la lutte concerne le pouvoir et les moyens de disposer de nous-mêmes et de notre avenir.

Des enseignants européens, des prêtres, des religieuses et des frères, forts de leur propre foi et convaincus de la supériorité de leur culture, ont tenté de détruire nos cultures et d'assimiler nos enfants dans leur structure du pouvoir. Étudiants, le message qu'on nous a transmis tandis que nous grandissions dans les écoles nous disait clairement que nous étions inférieurs à cause de ce que nous étions, de notre race, de notre culture et de notre langue. On nous a appris que nous ne pouvions pas devenir des citoyens canadiens à moins de cesser d'être ce que nous étions. Comme cela était impossible, nous en sommes venus à nous détester nous-mêmes et à croire que nous ne pourrions jamais nous hisser au niveau du reste du pays.

Le Canada était enlisé dans un repli du temps. L'enseignement qu'on nous a donné nous a également placés dans un repli du temps. Les excuses étaient une expression de changement. Elles ont signalé que le Canada sortait de ce repli qui avait altéré sa vision de notre peuple.

Nous aussi sommes en train de sortir de notre propre repli du temps. Nous avons cessé de croire à notre propre infériorité, nous avons cessé de penser qu'étant un peu moins qu'humains, nous ne sommes pas dignes de ce que le Canada a à offrir à ses citoyens. Nous avons lutté avec succès contre ce repli du temps pendant des dizaines d'années. Notre peuple a retrouvé sa dignité et sa fierté. Nous sommes à nouveau fiers d'être ce que nous sommes.

À part la dignité retrouvée, nous sommes également fiers des changements réalisés dans nos collectivités et nos gouvernements. Nous avons combattu le déni de notre existence, et notre peuple travaille fort aujourd'hui pour assumer son propre avenir. Ce changement a été possible grâce aux efforts que nous avons déployés pendant des années pour nous débarrasser de ce qu'on nous a appris dans les pensionnats.

Le Canada est encore pris, pour une grande part, dans un repli du temps en ce qui concerne les Premières nations. Maintenant, par suite des excuses, le Canada a la possibilité de se rattraper. Les changements extraordinaires qu'ont connus nos collectivités ne se reflètent pas vraiment dans la façon dont le pays considère notre peuple. En tant que pays, le Canada doit comprendre qu'il a maintenant affaire à un peuple qui a survécu aux dures leçons qu'on lui a apprises.

La raison pour laquelle notre peuple, nos collectivités et nos gouvernements sont mieux sortis de leur repli du temps que le Canada, c'est que nous avons réussi à rejeter les stéréotypes qui avaient entravé notre progrès. Nous savons ce que nous voulons, et nous l'avons clairement exprimé à de nombreuses occasions.

Nous voulons nous débarrasser des terribles conditions qui paralysent beaucoup trop de nos collectivités. Nous voulons éliminer la pauvreté des Premières nations. Nous voulons contribuer d'une façon concrète à la prospérité du Canada. Nous voulons que nos enfants aillent à l'école dans une atmosphère propice à l'apprentissage. Nous voulons que nos collectivités aient de l'eau potable. Nous voulons être en mesure d'affronter la grave crise du logement que connaissent beaucoup trop de nos collectivités.

Nous voulons que nos enfants — les quelque 27 000 enfants des Premières nations qui sont à la charge de l'État — rentrent dans leur famille et retrouvent leur collectivité. Nous voulons que nos jeunes hommes et femmes incarcérés soient remis en liberté. Nous voulons faire en sorte que ces jeunes retrouvent l'espoir d'avoir une vie meilleure, d'être respectés, de bâtir une vie digne d'être vécue pour cesser d'avoir l'un des taux de suicide les plus élevés au monde. Nous ne voulons pas que nos enfants se retrouvent dans des bandes criminelles.

Nous voulons simplement ce dont dispose le reste du pays. Nous voulons ce que chaque Canadien attend de ses gouvernements, et nous voulons que nos attentes soient traitées avec justice et équité.

Nous voulons ce à quoi les Canadiens aspirent dans leur propre vie. Nous ne voulons pas plus que ce qui est acquis aux autres Canadiens. Nous ne voulons certainement pas priver personne, mais nous nous attendons à être traités justement et équitablement.

Nous voulons pouvoir travailler avec vous, avec chacun d'entre vous, pour bâtir ou rebâtir le Canada et en faire un endroit où chaque citoyen est traité avec justice et équité, où chacun a un accès équitable aux possibilités extraordinaires que ce pays offre à ceux qui y vivent.

Je dis cela en sachant qu'il reste encore beaucoup à faire. Nous avons d'énormes défis à relever. Mais, après ce que nous avons tous vu hier, — car c'était un moment inoubliable de notre histoire, que nous n'avions jamais cru pouvoir vivre, que nous ne pouvions même pas imaginer — nous avons pu dire que nous avons réalisé l'impossible.

Aujourd'hui, nous pouvons dire que plus rien n'est impossible. Toutefois, il n'en sera ainsi que si nous nous engageons tous à travailler ensemble pour créer le genre de pays dont nous puissions tous, sans exception, y compris les Premières nations, être fiers. C'est notre rêve et notre espoir. Meegwetch.

Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »