Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Art Eggleton

L La carrière publique du sénateur Art Eggleton s’étend sur plus de 35 ans, à l’échelon municipal, d’abord à la Ville de Toronto, puis à la Chambre des communes. Il a été nommé au Sénat le 24 mars 2005 par le Très honorable Paul Martin. Il représente la province de l'Ontario.

Discours et débats

L'honorable Jean Lapointe, O.C. - Hommages

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 30 novembre 2010 par la sénatrice Claudette Tardif, la sénatrice Rose-Marie Losier-Cool (retraitée), le sénateur Céline Hervieux-Payette, la sénateure Lucie Pépin (retraitée), le sénateur Francis Fox (retraité), le sénateur William Rompkey (retraité), le sénateur Marie-P. Charette-Poulin, le sénateur Roméo Dallaire, le sénateur Tommy Banks (retraité) et la sénatrice Mobina Jaffer

L'honorable Claudette Tardif (leader adjoint de l'opposition) :

Honorables sénateurs, il me fait plaisir de rendre hommage à l'honorable Jean Lapointe, un grand humaniste qui mérite tout notre respect et notre profonde gratitude, un grand artiste au parcours mémorable et aux œuvres marquantes qui a reçu et reçoit encore des honneurs hautement mérités.

Un grand sénateur qui n'a pas peur de dire ce qu'il pense, avec éclat et humour parfois, mais dont le propos toujours juste sait captiver son auditoire.

Depuis sa nomination au Sénat par le très honorable Jean Chrétien, le 13 juin 2001, le sénateur Lapointe s'acquitte honnêtement de ses fonctions en mettant de l'avant ses qualités de générosité, de bonté et de dévouement.

Son expérience et son engagement envers les personnes démunies auront certainement mis en valeur ses interventions au Sénat.

Sénateur Lapointe, permettez-moi de souligner, tout particulièrement, votre souci et votre détermination à rendre notre société meilleure lorsque vous avez déposé et défendu avec fermeté et persévérance votre projet de loi privé visant à limiter à certains emplacements les appareils de loterie vidéo et les appareils à sous. Sénateur Lapointe, vous avez clairement démontré votre humanisme et votre sincère conviction en vous attaquant de front à des problèmes sociaux sérieux.

Je suis convaincue que vos efforts n'ont pas été vains et que votre contribution à sensibiliser les Canadiens aux problèmes liés aux jeux de hasard ne restera pas lettre morte.

Personnellement, sénateur Lapointe, je tiens à vous dire que je vous suis très reconnaissante de votre écoute et de votre compréhension à l'endroit des francophones en situation minoritaire. J'ai ressenti une réelle empathie de votre part et un appui sincère que je n'oublierai jamais. Provenant d'un grand Québécois attaché à sa langue française, d'un ambassadeur de la francophonie par le rayonnement de ses œuvres, je demeure touchée par votre désir de comprendre et de promouvoir la réalité des communautés francophones en situation minoritaire.

Sénateur Lapointe, n'oubliez pas que vos actions, tout au long de votre carrière parlementaire, ont contribué à l'évolution de notre institution. Vous vous êtes distingué honorablement tout au cours de vos années passées au Sénat. Vous resterez une source d'inspiration pour vos collègues.

À vous et à votre famille, je vous fais tous mes vœux de bonheur et de santé. Je vous souhaite de vivre de nouveaux défis, tant personnels que sur la scène artistique, afin que vous puissiez nous émouvoir et nous faire apprécier votre énorme talent encore longtemps.

Merci, sénateur Lapointe.


L'honorable Rose-Marie Losier-Cool :

Honorables sénateurs, je vais consacrer la totalité de mon temps de parole à mon cher collègue, le sénateur Lapointe, ce qui devrait lui faire plaisir puisqu'il s'était soulevé, il y a quelques années, contre les pratiques de certains d'entre nous qui profitaient apparemment de l'hommage rendu à autrui pour parler d'eux-mêmes.

Je dis aujourd'hui au revoir au politicien qui continue de lutter contre les vidéopokers, au philanthrope qui a fondé la Maison Jean- Lapointe, mais aussi à l'acteur, et surtout, surtout, au chanteur que je continue d'écouter aujourd'hui. C'est d'ailleurs dans ses chansons que je vais trouver les mots pour le remercier et le saluer, ainsi je serai certaine qu'il aimera ce que je vais dire, même si cela ne rime pas!

Dans la vie, chacun son rôle, on s'en vient, on s'en va.
Comme tous ces chanteurs des charmes
Qui sont nés à Napoli,
Il nous est arrivé comme un cadeau d'la vie.
Il apportait ses mots, son verbe, sa magie.
Et une tournure d'esprit pas toujours très sage.
Dans un grand pays de neige,
Je me souviens d'une époque au temps de la bonne chanson,
Disparue d'une autre sorte avant la télévision.
Ils sont déjà assez qui croient
Qu'une chanson ne pourrait jamais rien changer.
Si on chantait ensemble?
C'est dans les chansons qu'on apprend la vie.
L'espoir d'arriver juste un peu plus loin.
Des horizons plein la tête.
Y a dans les chansons beaucoup de leçons.
On crée des liens à chaque pas,
Quelques beaux moments de bonheur.
Tout l'monde est jongleur.
On joue tous avec la vie d'quelque-un.
Avec leurs petites culbutes imbéciles,
Et leurs grands pieds toujours dans les plats,
Combattre les faux maîtres, voilà la liberté,
Et dans le verbe et dans le geste!
De quoi ont l'air les paysages,
De l'autre côté des nuages?
Y a un soleil derrière chaque nuage,
Le soleil donne envie de chanter.

Et grâce à vous, cher sénateur Lapointe :

Ils auront dans les yeux un pays merveilleux,
Des souvenirs plein la tête.


L'honorable Céline Hervieux-Payette :

Honorables sénateurs, cher ami, ma première rencontre avec le sénateur Lapointe remonte au temps des Jérolas, alors que, à titre de jeune producteur, je l'ai engagé, en première partie d'un spectacle de Félix Leclerc, avec son ami Jérôme Lemay. Cet événement obtint un franc succès, d'autant plus qu'il s'agissait d'un dîner-bénéfice pour le Parti libéral. Sa carrière s'amorçait bien!

Quand nous faisons partie de cette noble enceinte, il est évident que des liens d'amitié se tissent selon les valeurs partagées et les objectifs communs. Un objectif commun pas toujours à l'avant- scène qui a coûté cher à notre ami, le sénateur Lapointe, c'est sa foi dans le Canada. Le sénateur Lapointe n'a jamais plié l'échine au Québec, n'a jamais participé aux vagues séparatistes au Québec; il s'est toujours tenu debout, même si son grand ami Félix ne partageait pas ses idées. Il a toujours parlé pour le Canada.

La présence de Jean Lapointe parmi nous est une richesse : 300 chansons, plus de 30 films. Peu de sénateurs ici peuvent parler d'autant de créativité.

J'aimerais aujourd'hui lui faire un petit cadeau. Je déposerai son projet de loi modifiant le Code criminel, qui permettra de limiter tous les dégâts causés par les loteries, et j'accepte d'en devenir la marraine.

J'aimerais dire quelques mots pour décrire le professionnalisme dont a fait preuve le sénateur Lapointe dans son engagement face à cette cause. Il a mené des études approfondies sur les dommages causés. Il a des dossiers extraordinaires et j'espère qu'on pourra me les prêter parce qu'on ne reprendra pas l'étude à zéro. J'espère que nos collègues d'en face verront la lumière et souscriront à ce projet de loi qui, à mon avis, a des mérites extraordinaires pour réduire la pauvreté et la misère de milliers de personnes qui sont accros aux loteries.

J'aimerais également le remercier. Au début de ma campagne en faveur des phoques, il n'était pas tout à fait persuadé qu'il s'agissait d'une grande cause. J'ai dû plaider ma cause. Il a plaidé cette cause avec son fils et, enfin, il nous a fait une chanson qui remettait à l'ordre de grands experts comme Brigitte Bardot, Pamela Anderson et Paul McCartney. Son sens de l'humour, qui revient dans ses chansons comme dans sa carrière en général, permet de remettre les choses en place.

Un grand merci, sénateur Lapointe, d'avoir appuyé la cause. Je suis certaine que vous continuerez de le faire. La lutte n'est pas terminée; les chasseurs de phoque des îles de la Madeleine, de Terre- Neuve et les Inuits ont encore besoin de Jean Lapointe pour m'aider dans cette bataille, qui en est quand même une contre l'Europe. Il ne s'agit pas là d'une bataille de quartier.

Pour moi, le souvenir est un souvenir d'ici. Je suis certaine que nous continuerons de nous voir en tant qu'amis. Je vais continuer de compter sur ses avis parce que j'apprécie son bon jugement sur les questions générales. Au début, les gens me demandaient ce que venait faire un artiste au Sénat et je leur répondais qu'il était essentiel que le Sénat compte des gens talentueux comme le sénateur Lapointe, parce que ce sont des gens de cœur et d'esprit qui ont beaucoup de sensibilité.

Merci, sénateur Lapointe, pour tout ce que vous avez fait et à bientôt.


L'honorable Lucie Pépin :

Honorables sénateurs, nous soulignons aujourd'hui le départ prochain d'un collègue pour lequel j'ai le plus grand respect.

Un proverbe africain dit qu'un morceau de bois aura beau rester dans le marécage, cela n'en ferait pas un crocodile. On peut en dire autant de l'artiste Jean Lapointe. Ses neuf ans et demi au Sénat ne l'ont pas changé en politicien. Il est demeuré l'artiste que nous avons admiré sur la scène et au petit écran.

Le « sénartiste » Lapointe, tel qu'il se définit, est un gars sans réserve qui exprime ses convictions avec sincérité. Notre distingué collègue n'est pas un expert de la langue de bois et encore moins un adepte du conformisme.

La partisanerie, ce n'est pas son affaire. Le « sénartiste » Lapointe votait très souvent avec sa conscience et selon sa propre compréhension des enjeux, comme nous l'avons vu dans une entrevue le week-end dernier.

Sénateur, merci de nous avoir souvent rappelé qu'au Sénat, la ligne de parti ne doit pas être la norme. Un sénateur doit être avant tout un esprit libre.

Il est connu que les artistes sont d'une très grande humanité et ont une facilité à percevoir et à s'opposer aux situations d'injustice. Le sénateur Lapointe a aussi en lui cette spontanéité des hommes bons et généreux. Il l'a confirmé dans cette institution en étant un « ange gardien de la population, des minorités et des démuni. ». C'est d'ailleurs dans cet esprit de protéger les faibles que s'inscrivait son projet de loi contre les vidéopokers dans certains lieux.

Nous savons que le sénateur a toujours voulu limiter le temps consacré aux hommages. Le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre se doit donc d'être court.

Pour en avoir été témoin, je puis vous dire à ce sujet que le sénateur Lapointe n'aimait pas les longs discours. Lorsque j'étais Présidente intérimaire, il lui arrivait souvent de se lever pour demander que tel ou tel autre sénateur abrège son intervention.

Cher sénateur, je m'arrête là pour vous faire plaisir. Permettez- moi seulement de vous souhaiter beaucoup de bonheur pour votre retour sur les planches, un retour que je vous souhaite à la hauteur de votre carrière déjà si riche.

Bon vent, l'artiste!


L'honorable Francis Fox :

Honorables sénateurs, c'est un immense plaisir pour moi de prendre la parole aujourd'hui pour souligner la carrière d'un homme qui a marqué son époque. Artiste, humoriste, auteur-compositeur-interprète et comédien, c'est toute la population francophone du pays qui a pu profiter de ses remarquables talents.

Il a été récipiendaire de plusieurs prix : un prix Genie pour son rôle de soutien dans le film One Man et un prix Jutra pour le film Le dernier tunnel. On se souvient tous de sa brillante interprétation de Duplessis dans la série du même nom. Sa carrière au grand écran, comme nous le savons, se poursuit.

Les efforts de Jean Lapointe pour faire évoluer et améliorer notre société n'ont pas attendu sa nomination au Sénat. Une des initiatives qui est tout à son honneur est d'avoir fondé la Maison Jean-Lapointe. C'est un honneur pour moi d'avoir pu, pendant trois années consécutives, présider le déjeuner aux huîtres annuel pour le financement de la fondation. Cette organisation a permis à plusieurs, comme vous le savez, de gagner leur combat contre leur dépendance à l'alcool, à la drogue et au jeu.

À titre de sénateur, son projet de loi sur les loteries vidéo a contribué à faire progresser le débat sur la dépendance au jeu à travers le Canada. Je suis persuadé que ses efforts vont éventuellement porter fruit. L'histoire lui sera reconnaissante d'avoir fait les premiers pas dans ce dossier.

Jean, pour ton implication sociale, pour tes efforts soutenus pour faire progresser tes initiatives et pour ton implication au sein du caucus, nous te sommes tous redevables.

Laissez-moi vous dire, à vous tous qui n'avez pas le plaisir de faire partie du caucus libéral, que, lorsque Jean Lapointe prenait la parole, tout le monde écoutait, particulièrement lorsque son message était chanté!

Si je puis me permettre de parler au nom de tous, Jean, tu es une personne que l'on respecte, que l'on aime. Parlant de ceux qui t'aiment, je salue les membres de ta famille, de ton personnel et tes amis, qui sont ici aujourd'hui pour célébrer avec toi la phase sénatoriale de ta riche carrière.

Sur ce, Jean, je te dis : Chante-la ta chanson, car il te reste beaucoup à dire, beaucoup à faire et beaucoup à contribuer. Quant à nous, tu nous manqueras.

Salut, et bonne route!


L'honorable Bill Rompkey :

Honorables sénateurs, j'étais là à mes affaires dans la pièce 200 alors que nous répétions pour le concert de Noël. Le sénateur Lapointe jouait du piano à queue en avant de la salle. Puis, pendant un temps mort, nous avons commencé à chanter. Soudain, il a dit : « Pourquoi ne pas vous joindre à moi? Je vais au Centre Air Canada pour l'hommage à Jean Chrétien. Pourquoi ne pas vous joindre au sénateur Ringuette et à moi? »

Une fois remis de mes émotions, j'ai quand même eu de la difficulté à parler. Nous nous sommes toutefois rendus au Centre Air Canada et le sénateur Lapointe nous a fait répéter afin que nous soyons prêts pour notre numéro. Je me souviens d'avoir pensé qu'il ne fallait pas que je sois nerveux, même si mes genoux tremblaient, et qu'en gardant les yeux sur Jean Lapointe, tout irait bien. Nous sommes arrivés sur la scène et, heureusement, les lumières étaient éteintes dans le Centre Air Canada. Seul un projecteur éclairait la scène, de sorte que je ne pouvais voir personne. C'était comme s'il n'y avait pas de public, même si ce n'était pas le cas. Je savais que je devais garder les yeux rivés sur Jean.

Je tenais simplement à dire à Jean que ce fut, grâce à lui, l'une des expériences les plus mémorables de ma vie. Peut-être que, lorsqu'on parlera de moi, on ne dira pas : « Il a servi au Parlement pendant 40 ans », mais « C'est le gars qui a chanté avec Jean Lapointe. »

Cela me rendrait vraiment très heureux.

Merci pour votre service au Sénat, et merci pour votre amitié.


L'honorable Marie-P. Poulin :

Honorables sénateurs, je me joins à vous pour rendre hommage au sénateur Jean Lapointe, un grand homme de service public dans tous les sens du terme, comme le montrent si bien les déclarations d'aujourd'hui.

En tant que raconteur, parolier, compositeur, chansonnier, comédien, et j'en passe, il continue de faire le bonheur non seulement de son public international, mais de toutes les régions du Canada.

Lorsque j'étais réalisatrice à la radio, il y a plusieurs années, j'avais un certain parti pris. J'ai fait tourner les disques de Jean Lapointe au cours de chacune de mes émissions quotidiennes. En effet, le sénateur Jean Lapointe joue, depuis 1950, un rôle de premier plan dans la culture francophone, traditionnelle et moderne. Malgré sa célébrité, c'est l'homme de cœur que j'ai appris à connaître au Sénat.

Comme nous le savons, la Fondation Jean-Lapointe gère des centres de thérapie et de réhabilitation au Québec pour aider ceux et celles qui souffrent de dépendance. Un ami qui m'est cher a fait un séjour dans une des maisons de Jean Lapointe. Un jour, j'ai confié à notre collègue que cet ami traversait un moment difficile. Jean me demanda alors : « Quel est son nom et son numéro de téléphone? »

Le lendemain, j'ai reçu un coup de fil de l'ami en question. Il riait tellement qu'il avait de la difficulté à me parler. Le sénateur Jean Lapointe l'avait bel et bien appelé, mais mon ami croyait qu'on lui jouait un tour. Il avait donc raccroché non pas une, mais deux fois à Jean Lapointe. Jean a finalement réussi à retenir mon ami à l'appareil et à converser cœur à cœur avec lui.

Jean Lapointe, vous avez ensoleillé la vie de nombreuses personnes. Vous leur avez redonné espoir, et je vous remercie de tout cœur.

En tant que chanteur réputé, au sens de l'humour inégalé, vous comprendrez que les musiciens ne prennent pas leur retraite; ils se décomposent — mais, je l'espère, pas avant de nombreuses années.

Sénateur Lapointe, vous me manquerez.


L'honorable Roméo Antonius Dallaire :

Honorables sénateurs, c'est avec une grande humilité, en tant que membre junior du Sénat, que je prends la parole pour saluer un de nos aînés, un doyen qui nous quitte aujourd'hui.

J'ai eu l'occasion de voir le sénateur Lapointe à l'émission Les coulisses du pouvoir, dimanche dernier, exposer les éléments qui l'ont amené à servir son pays non seulement sous le volet artistique et historique, mais pour influencer les politiques du pays.

Fils d'un député libéral qui a siégé de 1935 à 1945, Jean Lapointe fut nommé Officier de l'Ordre du Canada et officier de l'Ordre national du Québec. Il est membre de l'académie des grands Québécois. Il a remporté des prix Genie et Jutra à maintes reprises. Combien de kilomètres, seul, éloigné de sa famille, a-t-il parcourus au cours de sa carrière d'artiste, dans tous les coins du pays et dans toutes les conditions météorologiques? Combien de fois a-t-il mis sa vie à risque sur ces routes pour apporter la joie, l'humanité, l'intérêt et l'expression des gens dans les théâtres et salons du Québec et d'ailleurs? On peut penser également à ses succès à Paris et outre- mer.

Malgré tout ce temps séparé de sa famille, mais appuyé par celle- ci, malgré cette absence, il a accepté de venir à Ottawa pour passer, encore une fois, plusieurs heures et plusieurs jours loin de sa famille.

Le sénateur Lapointe a dit ceci :

Moi je suis venu ici pour servir. Et puis je prétends et je dis et j'insiste pour dire et je sais que le Sénat, c'est l'ange-gardien de la population, des minorités et des démunis. Parce que, contrairement, quand il y a la ligne du parti qui est en ligne de compte, quand ça arrive au comité et qu'ils font comparaître des gens qui ont beaucoup de compétences, et cetera, mais là, la partisanerie s'estompe [...]

Sénateur Lapointe, vous avez tout de même soutenu l'effort. Vous n'avez pas abandonné devant ces complications. Au contraire, vous avez continué de performer avec émotion. Quoi de plus honnête que de voir la passion dans les yeux et dans l'expression d'un être humain convaincu de sa mission et tentant d'en convaincre d'autres qui ne voient pas du même œil sa perception de l'humanité et les sensibilités de l'humanité?

Vous avez été pour moi une âme sœur, moi qui fais partie de ceux qui tentent quotidiennement de survivre. Tous les jours, on espère survivre jusqu'au lendemain. Vous connaissez ces émotions, vous connaissez ces expressions et vous connaissez l'énormité du défi.

Je vous salue, Jean Lapointe!


L'honorable Tommy Banks :

Honorables sénateurs, la plupart d'entre nous dans le reste du Canada n'ont pas l'avantage de comprendre comment et à quel point les Québécois et d'autres membres de la francophonie au Canada apprécient, comprennent et tiennent en haute estime leurs artistes. Par conséquent, nous ne pouvons pas apprécier à sa juste valeur l'histoire que le sénateur Poulin nous a racontée lorsqu'elle nous a expliqué que son ami avait reçu un appel téléphonique de Jean Lapointe et que cela ressemblait à une blague tellement il semblait incroyable que Jean Lapointe l'appelle.

Nous ne pouvons pas non plus être conscientes de la place d'idole que Jean Lapointe occupe au panthéon des grands artistes du Québec. Grâce à ses talents de comédien, de musicien, d'humoriste, de conteur et d'auteur, il ajoute du lustre au Sénat.

Comme le sénateur Rompkey, j'ai le grand honneur de dire que j'ai déjà joué avec Jean Lapointe et que cela demeure l'un des moments les plus importants de ma vie. Vous nous manquerez énormément.


L'honorable Mobina S. B. Jaffer :

Honorable sénateur Jean Lapointe, précieux collègue et cher ami, le sénateur LaPierre, le sénateur Léger, vous et moi avons rejoint ensemble les sièges de la Chambre haute en juin 2001. Je suis vraiment heureuse que madame le sénateur Léger soit parmi nous aujourd'hui. J'associais donc votre présence à la mienne.

Votre départ laissera certainement un vide qui ne pourra plus jamais être comblé. Cependant, vos mots et vos célèbres pièces retentiront souvent dans nos oreilles en nous rappelant votre omniprésence.

Le processus du Sénat a toujours été près de votre cœur et vous avez toujours su dire ce que celui-ci vous faisait ressentir. Parfois, il fallait bien du courage. Je lève mon chapeau devant votre éternelle et audacieuse attitude. Nous ne sommes pas nombreux à l'avoir.

Sénateur Lapointe, j'associerai toujours mon passage au Sénat à vous, puisque nous sommes arrivés ici en même temps et que, depuis, j'en suis venue à vous admirer.

Sénateur Lapointe, vous me manquerez.


Veuillez s'il vous plait appuyer ici pour lire plusieurs hommages pour l'honorable Jean Lapointe, O.C.

Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »