Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Marie-P. Charette-Poulin

L Au Sénat du Canada depuis septembre 1995, le sénateur Marie-P. (Charette) Poulin fut la première femme à présider le Caucus libéral du Sénat et le premier sénateur à présider le Caucus libéral du nord de l’Ontario.

Discours et débats

Le décès de l'honorable Norman K. Atkins - Hommages

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 07 décembre 2010 par le sénateur James Cowan, le sénateur David Smith, le sénateur Wilfred Moore, le sénateur Joseph Day, le sénateur Terry Mercer et le sénateur Art Eggleton

L'honorable James S. Cowan (leader de l'opposition) :

Honorables sénateurs, je tiens aussi à rendre hommage à notre regretté collègue, le sénateur Norm Atkins, un homme qui, pour un grand nombre d'entre nous des deux côtés du Sénat, était un bon ami et un mentor.

Comme le sénateur LeBreton l'a dit, il y a un an et demi, le 27 juin 2009, plusieurs d'entre nous ont profité du départ à la retraite du sénateur Atkins pour lui rendre hommage et pour souligner sa longue carrière et ses nombreuses réalisations. Nous avons parlé de l'influence considérable qu'il a eue sur plusieurs d'entre nous, ainsi que sur la vie politique de notre pays.

Si je me souviens bien, ce soir-là, on avait aussi organisé une fête assez bruyante dans le bureau du sénateur McCoy en l'honneur du sénateur Atkins. Les éclats de rire fusaient et les participants multipliaient les anecdotes. Nous nous attendions tous à ce que sa retraite soit longue et heureuse et nous nous réjouissions d'avance à l'idée qu'il allait publier ses mémoires qui, nous en étions persuadés, seraient à la fois animés et perspicaces. Au lieu de cela, 18 mois plus tard, nous sommes en train de pleurer sa disparition.

Le sénateur Atkins incarnait bien des choses, mais, avant tout, c'était un homme politique accompli, dans le meilleur sens du terme. Nous le savons, la politique n'est pas perçue par tous comme la vocation supérieure pour le service public que plusieurs d'entre nous croient qu'elle est et qu'elle devrait être. Le sénateur Atkins comprenait tous les aspects de la politique, ses hauts comme ses bas. Il adorait les idées et ce qui alimentait les débats sérieux sur les politiques d'intérêt public. Il était passé maître dans l'art de la politique, mais savait aussi fort bien que cet art ne peut être une fin en soi. C'était un homme de principe et de conviction authentique.

En préparant mes observations, je suis tombé sur un éloge funèbre rédigé par William Safire, qui rendait hommage à un sénateur américain qui, lui aussi, était un homme politique accompli. M. Safire avait tenté de mettre par écrit ce que veut dire l'expression « homme politique » dans son sens le plus noble. Voici ce qu'il a écrit :

Un homme politique sait que la loi adoptée est plus importante que le projet de loi proposé.

Un homme politique sait que ses amis ne sont pas toujours ses alliés ni ses adversaires toujours ses ennemis.

Un homme politique sait comment faire fonctionner le processus démocratique et adore les plus petits rouages du système démocratique.

Un homme politique sait que chaque vote compte et sait aussi comment faire compter son vote.

Un homme politique sait que ses mots sont ses armes, mais que ses mots l'engagent.

Un homme politique sait que ce n'est qu'à la condition de laisser de la place pour la discussion et de la place pour les concessions qu'il aura de la place pour manœuvrer.

Un homme politique sait que le meilleur moyen de gagner c'est de faire sentir à ses opposants qu'ils n'a pas à être un perdant.

Un homme politique [...]

... et certainement un homme politique comme Norman Atkins...

[...] connaît le jeu et les règles du jeu et essaie de parvenir à ses fins par les moyens démocratiques qui ont fait leurs preuves.

Je crois que nous pouvons reconnaître, dans ces mots, notre ami et collègue. Ces mots me rappellent un excellent discours que notre ami a prononcé au moment de sa retraite. Je pourrais en citer bien des parties, mais je me contenterai de citer ce passage :

L'une des questions que je me suis toujours posée pour évaluer mon mandat au Sénat est la suivante : ai-je fait une différence et est-ce que mon mandat au Sénat a contribué, de quelque façon que ce soit, à améliorer la vie des Canadiens?

C'est la base même de notre rôle au Sénat. Nous sommes ici pour servir les Canadiens [...]

Je crois que nous conviendrons tous que le sénateur Normal Atkins s'est bien acquitté de ce rôle, qui est la plus haute norme que l'on peut se fixer. Il a apporté une contribution positive extraordinaire dans la vie de bien des Canadiens et il a laissé une marque indélébile au Sénat, qu'il adorait et respectait beaucoup. Son passage ici est marqué par la grâce, l'intelligence, l'humour et le gros bon sens.

Je n'étais pas toujours du même avis que lui, mais je peux dire en toute certitude qu'il n'y a jamais eu un moment où je ne l'ai pas respecté et admiré. Il représentait vraiment ce qu'il y a de mieux dans la vie politique au Canada. Il nous manquera énormément.


L'honorable David P. Smith :

Honorables sénateurs, je rends hommage au regretté sénateur Norman Atkins. Je voudrais parler d'un aspect de sa personnalité en particulier.

Il a été nommé au Sénat en 1993. Il a présidé un certain nombre de campagnes fédérales et provinciales et a participé à d'autres avant de venir ici — ce qui semble être mon lot dans la vie au niveau fédéral. Il avait travaillé avec le premier ministre Davis, en particulier, avec le premier ministre Roblin aussi, et nous avons entendu dire qu'il était proche de l'ancien chef de l'opposition Robert Stanfield et de l'ancien premier ministre Mulroney.

Ici, il est devenu l'ami de l'ancien sénateur Keith Davey qui a été nommé au Sénat en 1966. Quand j'ai eu 22 ans — j'avais fini l'université et je me préparais à étudier à la faculté de droit —, il m'a dit de le rejoindre et de devenir son bras droit aux quartiers généraux des libéraux. Je serais le directeur national des jeunes libéraux et je traverserais le pays d'un bout à l'autre tous les mois. C'était en préparation des élections de 1965.

Je suis ravi lorsque des hommes comme le sénateur Davey et le sénateur Atkins font en sorte que la démocratie fonctionne, alors qu'ils ne siègent pas du même côté. Ils étaient devenus amis, puis des amis proches. Je suis désolé si je me laisse emporter par l'émotion, mais il est important de dire ces choses.

Peu importe les divergences sur le plan politique, il ne faut jamais se livrer à des attaques méchantes ou personnelles. Il faut faire fonctionner la démocratie. Je ne connais personne qui vivait davantage en accord avec ce principe que l'ancien sénateur Keith Davey et son très bon ami, Norman Atkins.

Des voix : Bravo!

Le sénateur Smith : Je tiens à dire à dire à la famille, à Mary et à leurs fils que la cérémonie était émouvante. Je me suis dit que ce serait vraiment bien si mes trois enfants me faisaient un tel éloge lorsque viendra mon tour. C'est le meilleur hommage que je puisse leur rendre. Mary, merci beaucoup d'être présente ici aujourd'hui.


L'honorable Wilfred P. Moore :

Honorables sénateurs, j'aimerais ajouter à tous les commentaires formulés par un grand nombre de sénateurs ici cet après-midi. Le sénateur Norman Kempton Atkins était un Canadien loyal et un sénateur sans pareil. Il recherchait toujours le bien du Canada, tentant de trouver des terrains d'entente et tendant la main à ses collègues d'en face lorsque cela semblait être la meilleure chose à faire.

Comme le sénateur Ogilvie l'a souligné, on ne peut oublier son grand attachement à l'endroit de l'Université Acadia et des bleus, blancs et rouges pour lesquels il a joué, qu'il a toujours suivis passionnément et appuyés sans relâche. Comme j'ai aimé nos solides discussions sur la rivalité entre ses Axemen d'Acadia et mes Huskies de l'Université Saint Mary's.

Il me manquera. Je n'oublierai jamais ces repas que nous avons partagés chez Mary et lui, sa sagesse, ses conseils et son amitié. Je tiens à transmettre toutes mes condoléances aux membres de sa famille, à ses fils et à Mary. Il me marquera beaucoup. Il me manque déjà.

Je me souviens du voyage que le sénateur Cowan, le sénateur Munson et moi avons fait pour assister à une cérémonie à l'Université Acadia il y a deux ou trois ans environ, au moment où l'université a intronisé Norman à son temple de la renommée. Les hommages qui ont été prononcés ce soir-là étaient tous mérités. Il était tellement fier de son université et du travail qu'il y avait accompli, tant à la School of Business qu'au conseil! Bien des écoles se compteraient certainement chanceuses d'avoir un élève comme Norman Atkins.


L'honorable Joseph A. Day :

Honorables sénateurs, je rends aujourd'hui hommage à notre ancien collègue et ami, l'honorable sénateur Norman Atkins, qui est décédé le 28 septembre 2010.

Il n'y a pas si longtemps, nous rendions ici même hommage à notre collègue à l'occasion de sa retraite du Sénat, le 27 juin 2009. Le sénateur Atkins a siégé au Sénat durant plus de 23 ans. Il s'est acquis, tout au long de sa carrière, la réputation de sénateur sérieux et tourné vers l'avenir dont les autres sénateurs et le personnel du Sénat appréciaient beaucoup les conseils et les observations.

Il aidait toujours avec empressement les sénateurs qui faisaient appel à lui, peu importe de quel côté du Sénat ils siégeaient.

Il n'y a pas meilleur exemple pour illustrer sa force de caractère que la décision qu'il a prise de siéger à titre de sénateur progressiste- conservateur indépendant à la suite de la fusion du Parti progressiste-conservation et de l'Alliance canadienne en 2003. Cet homme avait des principes et du courage.

J'ai eu le grand privilège de côtoyer le sénateur Atkins durant les neuf années où nous avons siégé ensemble au Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense et au Sous-comité des anciens combattants. J'en suis venu, au cours de ces années, à éprouver beaucoup de respect pour lui.

Norman semblait toujours dans son élément lorsqu'on sillonnait le Canada et lors de nos visites à Washington et dans le monde entier. Un voyage d'une importance particulière pour lui est celui qu'il fit en 2007, à l'occasion du 90e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy et de l'inauguration du Monument commémoratif restauré du Canada. Ce voyage revêtait un caractère spécial pour Norman, car son père avait combattu sur la crête de Vimy. Nous sommes nombreux à avoir eu le privilège de lire les journaux de guerre que son père a tenus durant cette campagne. Ces journaux nous ont fait mieux comprendre ce qu'était la vie d'un soldat pendant la Première Guerre mondiale. La passion et l'attachement que le sénateur Atkins manifestait à l'endroit des militaires, en service actif ou retraités, et à leurs familles étaient vraiment inspirants.

Honorables sénateurs, avant d'être nommé au Sénat, le sénateur Atkins avait un curriculum vitae très complet. Comme on l'a dit, il travaillait activement dans le domaine de la publicité avec son beau- frère, Dalton Camp. Il a toujours joué un rôle actif dans le milieu des organismes de bienfaisance. Il a été président du club Albany de Toronto, où plusieurs de réunions importantes ont eu lieu. Il nous parlait de ces réunions, car elles étaient liées au travail qu'il a accompli dans le domaine du diabète.

Lorsque le sénateur Atkins ne s'affairait pas à Ottawa ou dans le cadre d'une de ses fonctions bénévoles, il se retirait dans son endroit favori : son chalet sur le bord du Grand Lac, à Robertson's Point. Honorables sénateurs, ses proches et ses voisins se plaisaient souvent à dire, pour son plus grand bonheur, qu'il était le maire de Robertson's Point.

J'offre mes plus sincères condoléances à ses trois fils, Peter, Geoff et Mark, ainsi qu'à Mary LeBlanc.

Honorables sénateurs, le Sénat tire sa réputation du travail et des actes de ceux qui ont le privilège de siéger en cet endroit. Si on tient cette institution en plus haute estime aujourd'hui, c'est grâce à l'apport du distingué sénateur Norman Kempton Atkins.

Des voix : Bravo!


L'honorable Terry M. Mercer :

Honorables sénateurs, c'est avec des sentiments partagés que je rends hommage à mon bon ami, Norman Atkins.

Au fil des ans, Norman et moi avons livré bon nombre de batailles politiques dans des camps opposés. Il en a gagné la plupart. Quoi qu'il en soit, je n'ai rencontré Norman Atkins, l'homme, que lorsque j'ai été nommé au Sénat. J'eus tôt fait de l'admirer et nous sommes rapidement devenus amis. Avec le temps, lui et moi, mon épouse, Ellen, et la sienne, Mary, nous nous sommes mis à passer du temps ensemble. Après un événement au Sénat, nous sortions dîner et nous débattions des problèmes du monde. Nous les avons tous réglés, mais, malheureusement, personne n'a pris de notes.

Comme le sénateur Segal et d'autres l'ont dit, Norman était un politicien accompli. Il comprenait presque tous les problèmes, les analysait, parlait de faire participer les gens à la solution des problèmes et il était assez souple pour savoir que la solution retenue ne serait pas nécessairement sa proposition, mais celle à laquelle nous arriverions en discutant de la question tous ensemble.

J'ai également eu le plaisir de travailler avec Norman en tant que membre du caucus parlementaire sur le diabète. Nous y avons travaillé ensemble à faire en sorte que la position de l'Association canadienne du diabète soit défendue par ceux de nos collègues qui s'intéressent à cette maladie. Il a fait valoir cette position admirablement et il a veillé à ce que la lutte contre le diabète ne soit pas oubliée sur la Colline du Parlement. J'ai eu hier le plaisir de recevoir, sur la Colline, des représentants de l'Association canadienne du diabète qui ont testé les parlementaires et leur personnel pour déterminer s'ils étaient suspectibles de souffrir du diabète.

Dans le mot de bienvenue que j'ai adressé au groupe, hier matin, pendant le petit déjeuner au restaurant parlementaire, j'ai rappelé la contribution du sénateur Norman Atkins à l'Association canadienne du diabète et ses démarches pour assurer que le diabète reste à l'ordre du jour sur la Colline.

Je veux faire savoir à Mary et à ses fils que je les aime et que je les respecte, et que Norman me manque déjà énormément.


L'honorable Art Eggleton :

Honorables sénateurs, je parlerai de Norm Atkins dans une perspective un peu différente. Norm a vécu à Toronto un bon nombre d'années, et je crois que nous savons tous qu'il travaillait à l'époque pour le grand premier ministre de l'Ontario qu'a été Bill Davis. Pour ma part, j'étais maire de Toronto à la même époque. Norm m'appuyait, et je le considérais comme un bon conseiller.

Outre tout ce que Norm Atkins a fait au Sénat pour le bien de tous les Canadiens, je veux souligner sa contribution au bien-être des Torontois et des Ontariens.

Bien sûr, après ces années à titre de maire de Toronto, quand je suis arrivé à Ottawa pour occuper, durant cinq ans, le poste de ministre de la Défense, j'ai beaucoup entendu parler des intérêts et préoccupations de Norm concernant nos militaires. Je suis très heureux de me joindre aujourd'hui à mes collègues pour rendre hommage à Norman Atkins et offrir mes condoléances à sa famille.

Veuillez s'il vous plait appuyer ici pour lire plusieurs hommages pour l'honorable Norman K. Atkins


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »