Discours et débats

Les répercussions des changements climatiques dans le nord

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 11 juin 2008 par le sénateur Grant Mitchell

L'hon. Grant Mitchell :

Honorables sénateurs, j'ai moi aussi fait une tournée, la semaine dernière, en compagnie du sénateur Milne et d'autres membres du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles. Nous nous sommes rendus dans les Territoires du Nord-Ouest et au Yukon pour y étudier les effets des changements climatiques.

Ce fut une expérience très puissante. Pour quiconque nie encore l'existence des changements climatiques ou estime que la situation n'est pas urgente à cet égard, je recommande que cette personne aille passer une semaine, une journée ou ne serait-ce que quelques heures dans le Nord et converser avec les gens là-bas — surtout les Autochtones — qui peuvent voir et sentir ces changements et qui en subissent les répercussions à l'heure actuelle. Ces répercussions sont particulièrement difficiles pour les Autochtones du Nord, notamment pour leur milieu, leurs collectivités et leur mode de vie.

Aujourd'hui, je suis frappé de constater qu'au moment où nous présentons des excuses pour l'innommable tragédie que nous avons fait vivre aux Autochtones, ceux-ci seront peut-être confrontés à une nouvelle catastrophe parce que les changements climatiques — dont nous sommes en partie responsables alors qu'eux, en réalité, ne le sont pas — auront des répercussions négatives sur leur vie dans un avenir assez rapproché.

Ces répercussions énormes comprennent entre autres une augmentation de deux à trois degrés de la température à Inuvik sur une période de 20 ans; une diminution accélérée de la taille du troupeau de caribous Bluenose, qui passera de 160 000 à 40 000 bêtes sur une période de cinq ans; l'infestation de dendoctrone du pin et de tordeuse des bourgeons de l'épinette qui dévaste les forêts septentrionales et qui laisse entrevoir le spectre de feux de forêt plus dévastateurs; la hausse du niveau des océans et l'érosion conséquente de la côte, qui menacent les maisons situées dans des localités comme Tuktoyaktuk, en bordure du delta du Mackenzie; la modification des habitudes migratoires de certaines espèces, qui explique la présence dans le Nord d'animaux qui n'y ont jamais été vus auparavant, par exemple le cerf à queue blanche et le cerf mulet, qui peuvent transporter des virus et des parasites susceptibles de tuer les espèces indigènes, ainsi que des habitudes de l'ours polaire, qu'on voit maintenant à des endroits où il n'allait pas auparavant et qui, par surcroît, semble désorienté; des modifications dans les conditions météorologiques, notamment de la pluie, du tonnerre et des éclairs en décembre à Tuktoyaktuk; la fonte de la calotte glaciaire; le raccourcissement marqué de la période où les routes de glace sont carrossables. Le phénomène le plus inquiétant est la fonte du pergélisol, qui libère des métaux lourds qui, à leur tour, affectent les nappes phréatiques et dégagent d'énormes quantités de gaz à effet de serre.

Bon nombre de collectivités autochtones du Nord constatent ces répercussions avant le reste du Canada. Les Autochtones n'ont évidemment pas créé le problème et ils ne peuvent pratiquement rien faire pour le régler sans l'aide du reste du Canada et sans le leadership de notre pays dans le monde. Tous les Canadiens doivent relever ce défi et commencer à faire tout ce qui est nécessaire pour lutter contre les changements climatiques.

Nous devons régler le problème pour de nombreuses raisons, mais, dans le contexte des excuses présentées aujourd'hui aux Autochtones du Canada, l'une des raisons les plus bouleversantes qui nous poussent à nous excuser, c'est l'effroyable tragédie que nous avons fait vivre aux Autochtones de notre pays. J'espère, et nous l'espérons tous, j'en suis certain, que nous allons faire ce qui s'impose pour ne plus jamais devoir présenter des excuses pour une autre tragédie.

Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Les travaux du Sénat

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je prends la parole au nom du leader de l'opposition, le sénateur Cowan, qui devait être à Halifax ce soir pour un engagement public. Je dois vous dire que, lorsque je l'ai appelé pour lui dire que nous allions ajourner pour l'été ce soir, je l'ai senti assez irrité, non pas parce qu'il voulait que nous continuions à travailler comme des galériens, mais parce qu'il avait déjà rédigé un discours qu'il voulait prononcer demain matin.

Les phares à titre de symboles irremplaçables du patrimoine maritime—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Merci, Votre Honneur, et je présente mes excuses à la sénatrice Champagne.

L'inégalité d'accès à la justice—Interpellation

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je sais que la sénatrice Jaffer s'apprêtait à clore ce débat, mais auparavant, je tenais seulement à dire à quel point la question qu'elle a portée à notre attention est importante.

Le Sénat—La promotion et la défense des causes d'intérêt public—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Honorables sénateurs, je sollicite votre clémence à mon égard en cette heure tardive parce que j'ai un discours, mais vous devez comprendre que, pour que l'on puisse souligner dignement le départ de nos cinq collègues sénateurs cette semaine, j'ai cédé mon temps de parole pour que nous puissions rendre hommage aux sénateurs Buth, Segal, Callbeck, Dallaire et Champagne.

L'étude sur les relations internationales du Canada en matière de sécurité et de défense

19 juin, 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Alors, vous pensiez que je n'allais pas prendre la parole, n'est-ce pas? Eh bien, vous vous êtes trompés! Je prends donc la parole pour appuyer ce rapport du Comité de la défense, qui recommande que le Canada participe à la défense antimissile balistique avec le NORAD.
« 1 2 3 4 5  ... »