Discours et débats

La Journée internationale contre l'utilisation des enfants soldats

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 10 février 2011 par le sénateur Roméo Dallaire

L'honorable Roméo Antonius Dallaire :

Honorables sénateurs, je voudrais porter à votre attention un élément de grande disgrâce au sein de l'humanité.

Honorables sénateurs, je prends la parole pour faire savoir aux sénateurs que, samedi de cette semaine, le 12 février, est la Journée internationale contre l'utilisation d'enfants soldats, on soulignera la journée où le protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés est devenu une loi en droit international. Le Canada a ratifié ce protocole facultatif en 2000 et a été suivi, jusqu'à maintenant, de 138 pays, qui se sont engagés à protéger les enfants des conflits armés et de leurs répercussions. Cependant, le Canada n'a pas transposé ce protocole dans une loi canadienne.

Aujourd'hui, nous soulignons que des centaines de milliers d'enfants, dont 40 p. 100 de jeunes filles, ont été tués, mutilés, violés, drogués et soumis à d'autres mauvais traitements et contraints de faire la même chose à des membres de leur famille et de leur collectivité sous les ordres de combattants adultes.

Être soldat n'est pas une noble carrière pour un enfant de neuf ans, à peine plus grand que le fusil qu'il doit transporter. Cette journée existe pour une raison. La tâche n'est pas terminée. Des enfants sont encore recrutés et utilisés comme soldats. Ils sont encore exploités par des adultes même si cela est interdit en droit international.

À l'heure où on se parle, la Côte d'Ivoire recrute des anciens enfants soldats en Sierra Leone et au Libéria pour soutenir ces frictions et maintenir perpétuellement la menace d'une véritable catastrophe. Les enfants soldats sont toujours utilisés, malgré l'obligation qu'ont les gouvernements de protéger leurs enfants contre les effets des conflits armés et leur utilisation dans ces conflits.

Honorables sénateurs, nous savons tous que les enfants ne gardent pas leur allocation hebdomadaire pour s'acheter des billets d'avion et aller combattre dans les coins les plus reculés de la planète. Les enfants n'économisent pas non plus l'argent qu'ils gagnent en travaillant à temps partiel après l'école pour acheter des AK-47. C'est du côté des diamants de la guerre qu'il faut se tourner en premier pour savoir d'où viennent ces fonds, et disons que ce n'est pas en appuyant aussi mollement le Processus de Kimberley que le Canada va y changer grand-chose.

Si vous achetez un diamant, je vous en supplie, achetez un diamant canadien.

Des voix : Bravo!

Le sénateur Dallaire : Ils ne sont mêlés à aucun scandale et ils respectent les règles d'éthique, comme le pétrole que nous utilisons ici.

Ce ne sont pas les enfants qui déclenchent les guerres. Pourtant, ils y sont sciemment utilisés comme armes de guerre. Ce n'est pas eux que l'on doit accuser de violer le droit international lorsqu'ils prennent part à un conflit armé; ce sont les adultes.

Il fut un temps où le Canada était à l'avant-scène dans l'élaboration d'un cadre international visant à protéger les droits des enfants. Mais nous avons régressé, et, depuis trop longtemps, nous avons même abandonné un des nôtres, aujourd'hui, malgré les lois internationales auxquelles le Canada adhère. Un ancien enfant soldat canadien continue de languir à Guantanamo Bay. Nous avons le devoir, en ce jour crucial, de reconnaître humblement la position du Canada sur l'échiquier international et de faire honneur à l'engagement que nous avons pris envers les enfants.

L'utilisation d'enfants soldats est un crime contre l'humanité. Les adultes embauchent les enfants soldats; ils les recrutent et ils en abusent. Les diamants de la guerre servent à financer ces crimes. Achetez des diamants canadiens.


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »