Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

James Cowan

L Le sénateur James Cowan a considérablement influencé l'éducation et la communauté juridique en Nouvelle-Écosse. Il a été nommé au Sénat le Mars 24, 2005 par le Très honorable Paul Martin.

Discours et débats

Pleins feux sur les phares gardés de la Colombie-Britannique et de Terre-Neuve-et-Labrador : Un rapport du comité

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 16 février 2011 par la sénatrice Elizabeth Hubley

L'honorable Elizabeth Hubley :

Honorables sénateurs, je voudrais ajouter quelques brèves observations au débat sur ce rapport concernant l'élimination des postes de gardien de phare sur les côtes Est et Ouest.

Les phares éveillent de profondes émotions en nous. Ces joyaux qui émaillent nos côtes évoquent le caractère romantique de la mer, mais ils ont aussi une fonction pratique qui est d'assurer notre sécurité et notre protection. Que les Canadiens soient en mer pour la pêche, le transport maritime ou la navigation de plaisance, les phares constituent une aide essentielle à la navigation.

Avant de décider si l'on éliminera les gardiens de ces phares, nous devons penser à toutes les fonctions importantes dont s'acquittent les gardiens de phares. Les phares gardés de la Colombie- Britannique et de Terre-Neuve-et-Labrador offrent divers services complémentaires, par exemple la recherche et sauvetage, l'aide aux marins en détresse et la surveillance météorologique pour la navigation aérienne et maritime. Les gardiens de phare fournissent déjà des services qui n'ont pas trait à la sécurité maritime et qui sont utiles pour les organismes gouvernementaux et la population. Ils contribuent à la recherche scientifique, notamment sur les changements climatiques, ils entretiennent le matériel de contrôle de l'activité sismique et rendent compte des spécimens d'espèces menacées ou en voie de disparition comme les baleines, les dauphins et les tortues de mer qu'ils voient. Les phares gardés sont aussi utiles au Programme de surveillance côtière de la GRC, qui contribue à l'identification de personnes, de navires, de véhicules ou d'avions qui pourraient représenter une menace à la sécurité nationale du Canada ou pourraient participer à des activités illégales.

Honorables sénateurs, des gardiens de phare ont dit au comité qu'ils croyaient que, en plus d'entretenir le phare, ils pourraient accomplir d'autres fonctions ou accroître la portée de celles qu'ils accomplissent déjà. Dans certains cas, les gardiens de phare jouent le rôle de guide touristique venant en aide aux randonneurs lorsque le phare est situé dans un parc et d'intendants de la ressource végétale dans des secteurs fragiles sur le plan écologique. Quoi qu'il en soit, ils sont surtout précieux pour le travail qu'ils font pour sauver des vies, entretenir les phares, aider les équipes de recherche et sauvetage et fournir des renseignements exacts sur la météo et l'état de la mer aux marins et aviateurs qui s'approchent de leur secteur.

J'ai eu le bonheur de visiter les deux côtes dans le cadre de la mission d'enquête réalisée par le comité aux fins de cette étude. J'ai eu la chance de visiter quelques-uns de ces phares, qui, depuis des décennies, protègent nos côtes, et d'y rencontrer les gardiens, pour qui la mer est un gagne-pain. J'ai été frappée de voir à quel point certains phares étaient isolés et à quel point le rôle des gardiens comporte plusieurs facettes.

Bien que la Garde côtière ait proposé d'éliminer tous les postes de gardien de phare afin de réaliser des économies, le comité a été convaincu par les témoignages éloquents qu'il a entendus d'un océan à l'autre que les phares gardés jouent un rôle essentiel qui ne peut être rempli par les phares automatisés. De fait, l'équipement automatisé n'est pas aussi sûr ni aussi fiable qu'un gardien de phare et ne peut pas remplacer les connaissances et le jugement d'un gardien expérimenté. Les pêcheurs, en particulier, ont fait part de leurs réserves au comité quant aux nouveaux phares automatisés, disant qu'ils ne sont pas aussi puissants ni aussi fiables que les phares gardés.

Néanmoins, les progrès technologiques, les besoins actuels et les coûts sont certes tous des facteurs qui doivent entrer en jeu lorsqu'il s'agit de décider du sort de chaque phare, mais il reste que chacun est unique. L'emplacement, l'utilité, les avantages et l'importance de chaque phare ainsi que les coûts qu'il engendre doivent être évalués au cas par cas, en consultation avec les gardiens eux-mêmes et la collectivité. Le comité recommande fortement que le gouvernement revoie son approche de la question qui consiste à éliminer le personnel de tous les phares.

L'approche du tout-ou-rien du gouvernement est également inquiétante comme en témoigne la décision récente de déclarer excédentaires plus de 1 000 phares en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux. Le nombre considérable de phares déclarés excédentaires est effarant. Selon moi, il reste encore à prouver que des projecteurs au sommet d'une tour métallique puissent être aussi efficaces qu'un phare traditionnel. De plus, il reste à déterminer si la collectivité comprend bien ce qu'implique la protection des phares excédentaires, d'autant plus que l'état de délabrement dans lequel se trouvent certains d'entre eux menace la viabilité des groupes communautaires qui se chargent d'en assurer l'avenir. Ces questions, entre autres, sont au nombre de celles que nous devons examiner dans le cadre de l'étude que nous menons actuellement sur la mise en œuvre de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux.

Pour conclure, honorables sénateurs, je recommande le rapport du comité sur l'élimination de postes de gardien de phare à l'attention du Sénat.. J'invite le gouvernement à mener de vastes consultations à l'égard de chacun des phares en procédant au cas par cas, de même qu'à examiner les possibilités que présentent les phares gardés avant de prendre toute autre mesure visant à les automatiser.


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Les travaux du Sénat

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je prends la parole au nom du leader de l'opposition, le sénateur Cowan, qui devait être à Halifax ce soir pour un engagement public. Je dois vous dire que, lorsque je l'ai appelé pour lui dire que nous allions ajourner pour l'été ce soir, je l'ai senti assez irrité, non pas parce qu'il voulait que nous continuions à travailler comme des galériens, mais parce qu'il avait déjà rédigé un discours qu'il voulait prononcer demain matin.

Les phares à titre de symboles irremplaçables du patrimoine maritime—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Merci, Votre Honneur, et je présente mes excuses à la sénatrice Champagne.

L'inégalité d'accès à la justice—Interpellation

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je sais que la sénatrice Jaffer s'apprêtait à clore ce débat, mais auparavant, je tenais seulement à dire à quel point la question qu'elle a portée à notre attention est importante.

Le Sénat—La promotion et la défense des causes d'intérêt public—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Honorables sénateurs, je sollicite votre clémence à mon égard en cette heure tardive parce que j'ai un discours, mais vous devez comprendre que, pour que l'on puisse souligner dignement le départ de nos cinq collègues sénateurs cette semaine, j'ai cédé mon temps de parole pour que nous puissions rendre hommage aux sénateurs Buth, Segal, Callbeck, Dallaire et Champagne.

L'étude sur les relations internationales du Canada en matière de sécurité et de défense

19 juin, 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Alors, vous pensiez que je n'allais pas prendre la parole, n'est-ce pas? Eh bien, vous vous êtes trompés! Je prends donc la parole pour appuyer ce rapport du Comité de la défense, qui recommande que le Canada participe à la défense antimissile balistique avec le NORAD.
« 1 2 3 4 5  ... »