Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

James Cowan

L Le sénateur James Cowan a considérablement influencé l'éducation et la communauté juridique en Nouvelle-Écosse. Il a été nommé au Sénat le Mars 24, 2005 par le Très honorable Paul Martin.

Discours et débats

Projet de loi sur le tartan de la feuille d'érable

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 03 mars 2011 par la sénatrice Elizabeth Hubley

L'honorable Elizabeth Hubley:

Honorables sénateurs, je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui pour proposer la deuxième lecture du projet de loi S- 226, lequel vise à reconnaître le tartan de la feuille d'érable comme tartan national du Canada.

Le tartan de la feuille d'érable est le tartan national non officiel du Canada depuis de nombreuses années. Il est temps de reconnaître la riche contribution des Canadiens d'origine écossaise à ce pays en adoptant pour le Canada un tartan national qui pourra être porté comme symbole de fierté nationale par tous les Canadiens, sans égard à leurs origines ancestrales.

À l'échelle mondiale, on estime à 40 millions le nombre de personnes qui prétendent être d'origine écossaise. Selon les données de Statistique Canada, elles sont près de 5 millions au Canada. Cela représente près de 15 p. 100 de la population canadienne. Dans ma province natale, l'Île-du-Prince-Édouard, près d'un Prince- Édouardien sur trois se dit d'origine écossaise.

Depuis le XVIIe siècle, les Canadiens d'origine écossaise ont joué un rôle considérable dans l'évolution du Canada et son positionnement en tant que chef de file dans les domaines de la politique, de la science, de l'éducation et des arts. De nombreuses universités canadiennes ont été fondées par des Écossais, notamment l'université de Toronto, McGill, Queen's, St. Francis Xavier, Dalhousie et Saint Dunstan's.

Dans les domaines de la politique et du droit, de nombreux Écossais ont joué un rôle important dans le développement de notre pays : sir John A. Macdonald, Alexander Mackenzie, William Lyon Mackenzie King, Agnes MacPhail, Tommy Douglas, Kim Campbell, Beverley McLachlin et même Pierre Trudeau, qui était d'origine écossaise par sa mère.

Le metteur en scène James Cameron, les musiciens Wilf Carter, Joni Mitchell et Sarah McLachlan ainsi que les acteurs Donald Sutherland, Kiefer Sutherland et Eric McCormack sont tous des Canadiens d'origine écossaise, de même que l'acteur Jim Carrey, dont la mère appartenait au clan Gordon.

Alexander Graham Bell nous a donné le téléphone. James Naismith a inventé le basket-ball. Alexander Keith nous a donné sa fameuse bière.

Honorables sénateurs, la liste des Canadiens d'origine écossaise qui ont contribué à modeler tous les aspects de notre croissance comme nation est infinie. Après tout, jusqu'à la fin des années 1960, les Canadiens d'origine écossaise se classaient troisièmes parmi les groupes ethniques les plus importants du pays, après les Anglais et les Français. En fait, en regardant autour de moi, je peux constater que de nombreux collègues sont, comme moi, d'ascendance écossaise.

Ma grand-mère était une MacLeod. Même petite fille, je reconnaissais l'importance de mon héritage écossais. Ma mère veillait à ce que tous ses enfants assistent aux Jeux écossais et aux ceilidhs locaux. Elle m'avait encouragé à participer aux concours de danses écossaises. Je me souviens, étant jeune, de l'excitation que j'ai ressentie lorsque j'ai rencontré dame Flora MacLeod, chef du clan de l'époque, et que j'ai eu le privilège de danser avec elle. Je porte encore fièrement mon tartan MacLeod.

Le tartan est probablement l'expression la plus visuelle de la culture et de l'héritage écossais. Même si les tartans les plus anciens remontent à la culture Hallstatt, qui s'était épanouie entre 400 et 100 avant Jésus-Christ et étaient liés aux anciennes populations celtes, ils ne sont devenus courants en Écosse qu'au XVIe siècle. À la fin du XVIIe siècle, une certaine uniformité avait été réalisée, de sorte qu'ils pouvaient servir à distinguer les habitants de différentes régions.

Les tisserands utilisaient des teintures naturelles locales pour faire leurs tartans. Avec le temps, ces tartans régionaux ou de district ont fini par être revendiqués comme tartans de clan par la famille ou le clan le plus nombreux de la région. Les tartans de clan étaient souvent portés par ceux qui se sentaient liés au clan.

Depuis l'époque victorienne, certains avaient décrété qu'il y avait une étiquette régissant le port du tartan, selon laquelle seuls devaient en porter ceux qui avaient un lien avec la famille. Toutefois, les tartans n'étaient pas tous associés à un clan particulier. Certains, qu'on appelait tartans libres ou universels, pouvaient être portés par n'importe qui. Il y a par exemple le Black Watch, également connu sous le nom de tartan du gouvernement, tartan universel ou tartan Campbell, de même que le Caledinian, le Hunting Stewart et le Jacobite. Cela étant dit, il n'y a pas de règles disant qui peut ou ne peut pas porter un tartan particulier.

Bien que les tartans aient, à l'origine, été faits de laine et coupés comme vêtements, et particulièrement comme kilts, on en voit aujourd'hui qui sont faits d'autres tissus ou sont imprimés sur toutes sortes d'articles, comme des tasses, des carnets, des sacs à main et même du mobilier.

De nombreuses organisations et régions ont créé leurs propres tartans. À l'exception du Québec et du Nunavut, la totalité des provinces et des territoires du Canada ont adopté un tartan officiel. Il y a même certaines municipalités et comtés du Canada qui ont aussi adopté un tartan officiel.

Le tartan de la feuille d'érable a été créé en prévision du centenaire du Canada. Conçu en 1964 par David Weiser, de la société Highland Queen Sportswear Limited de Toronto, le dessin du tartan comprend le vert du feuillage d'été, l'or du début de l'automne, le rouge qui apparaît avec les premiers gels et le brun des feuilles mortes.

David Weiser, talentueux concepteur non seulement du tartan de la feuille d'érable, mais aussi des tartans du Québec, de l'Ontario et de Niagara Falls, est décédé en 1990. J'ai cependant pu prendre contact avec son fils, Howard Weiser, et son petit-fils, Mark Weiser.

David Weiser était né en Ukraine. C'était un petit garçon quand il est arrivé au Canada avec sa famille. Son père avait trouvé un emploi dans l'industrie du vêtement de Toronto. Son père étant tombé malade, David avait quitté l'école pour chercher du travail et contribuer au soutien de sa famille. Il a ainsi appris à fabriquer des vêtements, puis à les dessiner, pour devenir par la suite un dessinateur talentueux et prolifique. Son fils Howard l'a suivi dans l'industrie du vêtement. Bien qu'il soit déjà à la retraite, son propre fils fait encore partie de cette industrie, formant la quatrième génération Weiser de fabricants et de dessinateurs talentueux de vêtements. Je suis heureuse d'informer les honorables sénateurs que la famille Weiser est enchantée du dépôt du projet de loi S-226 et appuie la désignation du tartan de la feuille d'érable comme tartan national du Canada.

Le tartan de la feuille d'érable a fait sensation dans l'industrie de la mode après son introduction en 1964. Une revue des coupures de presse de l'époque montre qu'il a été porté par des athlètes canadiens en compétition à l'étranger, par une Canadienne qui participait à une tournée de mode américaine ainsi que par la reine du lait du Canada à la Foire agricole britannique de Londres. Il a même été présenté au cours d'un défilé de mode privé organisé à l'intention de la reine mère.

Au cours des années 1960 et 1970, des vêtements taillés dans ce tartan étaient offerts aux hommes, aux femmes et aux enfants dans les grands magasins Eaton et Simpson. Aujourd'hui, le tartan est à peu près introuvable dans les grands magasins, mais il est encore vendu à grande échelle dans les magasins de tartan et de tissu. Il est porté par le corps de cornemuses du Royal Canadian Regiment, par le personnel d'une grande chaîne d'hôtels en Nouvelle-Écosse, ainsi que par des particuliers qui apprécient le beau tartan. Comme il se devait, l'an dernier, les artistes des cérémonies de clôture des Jeux olympiques de Vancouver étaient vêtus du tartan de la feuille d'érable.

Honorables sénateurs, le tartan de la feuille d'érable a été enregistré comme design industriel en 1964 par l'entreprise Highland Queen Sportswear Limited of Toronto, mais il est maintenant du domaine public, car les droits attachés à son design ont expiré en 1974. Un échantillon du tartan a été envoyé à la Scottish Tartans Society en 1964, à la suite de la parution d'un article dans le Dundee Evening Telegraph, un journal écossais, relativement à l'apparition du nouveau tartan à un défilé de mode organisé pour la reine mère. Il a d'abord été inscrit au Register of All Publicly Known Tartans et enregistré en 1964. À la fin des années 1990, la Scottish Tartan Society a été dissoute. Le Register of All Publicly Known Tartans a servi de base pour la création d'un nouvel International Tartan Index géré par la Scottish Tartans Authority, un organisme caritatif fondé par plusieurs anciens membres de la Scottish Tartans Society. Le numéro du tartan de la feuille d'érable à l'International Tartan Index est 2034, tel qu'indiqué dans le Register of All Publicly Known Tartans original.

En février 2007, le secrétaire d'État Jason Kenney a demandé à la Scottish Tartans Authority, située à Édimbourg, en Écosse, d'émettre un certificat pour le tartan de la feuille d'érable au nom du Dominion du Canada. J'ai une copie de ce certificat, qui confirme que le tartan de la feuille d'érable, tel qu'enregistré à l'origine en 1964, est le tartan national de facto du Canada. Comme le gouvernement l'a indiqué dans un communiqué publié en 2008, par ce geste, il a voulu faire en sorte qu'aucun autre pays ni aucun particulier ne puisse un jour prétendre avoir créé le tartan.

Honorables sénateurs, je signale que les registres de la défunte Scottish Tartans Society ont été tenus à jour par un autre organisme de charité créé par d'anciens membres de la société. La base de données, appelée Scottish Tartans World Register contient aussi les données du Register of All Publicly Known Tartans. Le tartan de la feuille d'érable y est enregistré et il porte le numéro de renvoi WR2034. En 2009, le Scottish Register of Tartans a été créé à titre de volet des archives nationales de l'Écosse. C'est un registre indépendant, accessible et permanent des tartans. Les archives nationales de l'Écosse ont travaillé avec la Scottish Tartans Authority et le Scottish Tartans World Register afin de fusionner leurs anciennes bases de données en une seule entité aux fins du registre. Le nouveau Scottish Register of Tartans n'attribue pas un nouveau numéro d'identification aux tartans déjà enregistrés. Il utilise les numéros de renvoi des bases de données originales. Ainsi, dans le nouveau registre, le tartan de la feuille d'érable est identifié par son numéro de renvoi dans les deux bases de données, c'est-à- dire le Scottish Tartans World Register et l'International Tartans Index de la Scottish Tartans Authority. Dans le projet de loi, j'ai choisi d'identifier le tartan par le numéro 2034, sous lequel il est enregistré auprès de la Scottish Tartans Authority (International Tartan Index). J'ai ainsi conservé la même méthode d'identification du tartan que le gouvernement en 2007. Comme je l'ai mentionné, ce numéro est aussi celui qui figure dans le nouveau Scottish Register of Tartans.

Il importe de noter que l'enregistrement d'un tartan dans le Scottish Register of Tartans, ou dans n'importe quelle base de données antérieure, comme c'était le cas pour le tartan de la feuille d'érable, ne confère aucun droit. Il s'agit simplement d'un registre de motifs uniques.

Honorables sénateurs, une certaine confusion règne relativement au statut du tartan de la feuille d'érable. Certains pensent que le fait de faire enregistrer le tartan au nom du Dominion du Canada auprès de la Scottish Tartans Authority signifie que le gouvernement a reconnu officiellement le tartan. Ce n'est pas le cas. Les symboles officiels sont créés par proclamation officielle, par décret en conseil, par résolutions adoptées dans les deux Chambres du Parlement, ou par une loi du Parlement. C'est pour cette raison que le site Web de Patrimoine canadien mentionne que le tartan de la feuille d'érable est le tartan national officieux du Canada. Le projet de loi S-226 changerait cette situation.

Honorables sénateurs, j'ai eu des discussions avec le cabinet du ministre et je crois savoir que le ministre du Patrimoine canadien appuie le projet de loi. La famille du concepteur, David Weiser, appuie aussi cette mesure, tout comme le groupe Clans and Scottish Societies of Canada, qui englobe plus de 45 organismes de toutes les régions du pays.

Je demande aux sénateurs d'appuyer le projet de loi, qui ferait officiellement du tartan de la feuille d'érable le tartan national du Canada. Ce tartan appartiendrait à tous les Canadiens, indépendamment de leurs origines.


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »