Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Maria Chaput

L Experte-conseil, directeur, directrice adjointe, directrice général, auteur, et bénévole sont quelques-uns des rôles et des responsabilités occupés par la sénatrice Maria Chaput au cours de sa carrière. Nommé au Sénat le 12 décembre, 2002, elle est la première franco-manitobaine femme à siéger au Sénat.

Discours et débats

Énergie Atomique du Canada limitée

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 21 mars 2011 par la sénateure Pierrette Ringuette

L'honorable Pierrette Ringuette :

Honorables sénateurs, aujourd'hui, j'attire l'attention du Sénat pour que le gouvernement assure la souveraineté et la sécurité de notre capacité de production énergétique en appuyant Énergie atomique du Canada limitée.

La technologie du réacteur CANDU est un bien de renommée internationale qui appartient à tous les Canadiens. Pendant plus de 50 ans, les Canadiens ont investi dans l'avenir nucléaire. À ce jour, les Canadiens ont investi 9 milliards de dollars dans Énergie atomique du Canada limitée. Le rendement de cet investissement a contribué 160 milliards de dollars au PIB, grâce à la production d'électricité, à l'exploitation minière et à un vaste éventail de services médicaux et professionnels. C'est un rendement de plus de 1 800 p. 100. Pourquoi vendrions-nous un bien qui génère un rendement aussi élevé?

Chaque année, l'industrie nucléaire canadienne génère 6,6 milliards de dollars et paie 1,5 milliard de dollars en impôt au gouvernement fédéral et 130 millions de dollars aux provinces. Directement ou indirectement, l'industrie nucléaire canadienne crée 71 000 emplois de qualité et bien rémunérés pour les Canadiens. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre le capital intellectuel qui dote le Canada d'une main-d'œuvre de catégorie mondiale dans le secteur nucléaire.

Aujourd'hui, Michael Ivanco, le vice-président de la Société des ingénieurs professionnels et associés, a déclaré ce qui suit :

La vente d'Énergie atomique du Canada limitée mettrait en danger la survie de l'équipe de conception du réacteur CANDU et risque d'entraîner le départ des personnes dont les qualifications et l'expérience sont nécessaires pour assurer le fonctionnement sécuritaire et efficace des centrales nucléaires dans les décennies à venir.

Voulons-nous vraiment nous priver de ces qualifications et de cette expérience?

Nous suivons tous la situation à la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, qui a été endommagée par le tremblement de terre et le tsunami. Cette centrale a environ le même âge que nos réacteurs CANDU, soit 40 ans. General Electric, concepteur de la centrale de Fukushima, a encore une équipe de spécialistes et d'ingénieurs qui sont capables de réagir à la crise.

Il importe que notre gouvernement comprenne cette leçon importante. La vente d'EACL met en danger la survie de l'équipe de conception, d'ingénieurs et de sécurité qui serait appelée à intervenir en cas d'urgence. Nous risquons de perdre ces personnes clés si EACL est découpée et vendue. Le bon fonctionnement de nos réacteurs et notre souveraineté ne devraient pas relever du secteur privé.

Nous devons maintenir notre souveraineté énergétique. Nous ne pouvons nous permettre de perdre une technologie qui génère 50 p. 100 de l'électricité du Canada, et notamment 50 p. 100 de l'électricité de l'Ontario.

Après avoir investi et innové pendant 50 ans, nous ne pouvons nous retrouver dans une situation où nous serions obligés de compter sur des sociétés et des gouvernements étrangers pour la technologie et la sûreté d'une ressource nationale essentielle qui fournit une si grande part de notre approvisionnement énergétique.

Les Canadiens se sont opposés à ce que l'industrie de la potasse se retrouve entre les mains d'intérêts étrangers. Pourquoi permettrions- nous à l'énergie nucléaire de se retrouver entre les mains d'intérêts étrangers?

Son Honneur le Président : À l'ordre! Le temps de parole du sénateur est écoulé.


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Les travaux du Sénat

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je prends la parole au nom du leader de l'opposition, le sénateur Cowan, qui devait être à Halifax ce soir pour un engagement public. Je dois vous dire que, lorsque je l'ai appelé pour lui dire que nous allions ajourner pour l'été ce soir, je l'ai senti assez irrité, non pas parce qu'il voulait que nous continuions à travailler comme des galériens, mais parce qu'il avait déjà rédigé un discours qu'il voulait prononcer demain matin.

Les phares à titre de symboles irremplaçables du patrimoine maritime—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Merci, Votre Honneur, et je présente mes excuses à la sénatrice Champagne.

L'inégalité d'accès à la justice—Interpellation

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je sais que la sénatrice Jaffer s'apprêtait à clore ce débat, mais auparavant, je tenais seulement à dire à quel point la question qu'elle a portée à notre attention est importante.

Le Sénat—La promotion et la défense des causes d'intérêt public—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Honorables sénateurs, je sollicite votre clémence à mon égard en cette heure tardive parce que j'ai un discours, mais vous devez comprendre que, pour que l'on puisse souligner dignement le départ de nos cinq collègues sénateurs cette semaine, j'ai cédé mon temps de parole pour que nous puissions rendre hommage aux sénateurs Buth, Segal, Callbeck, Dallaire et Champagne.

L'étude sur les relations internationales du Canada en matière de sécurité et de défense

19 juin, 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Alors, vous pensiez que je n'allais pas prendre la parole, n'est-ce pas? Eh bien, vous vous êtes trompés! Je prends donc la parole pour appuyer ce rapport du Comité de la défense, qui recommande que le Canada participe à la défense antimissile balistique avec le NORAD.
« 1 2 3 4 5  ... »