Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Pana Merchant

L Nommé au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien, la sénatrice Pana Papas Merchant représente la Saskatchewan et la division sénatoriale Saskatchewan. Sa nomination remonte au 12 décembre 2002.

Discours et débats

Murdena Marshall

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 27 octobre 2011 par la sénatrice Jane Cordy

L'honorable Jane Cordy :

Honorables sénateurs, la dernière fois que je vous ai parlé des femmes du Cap-Breton, je vous ai présenté Ruth Goldbloom. J'ai alors souligné le travail incroyable qu'elle accomplit pour aider ceux qui arrivent d'ailleurs à s'établir dans leur nouveau pays et à s'adapter à ce nouveau monde. Mais que se passe- t-il s'ils doivent s'adapter à deux mondes différents au sein d'un même pays? Je vais maintenant vous parler d'une femme qui a su rapprocher ces deux mondes. Son aptitude à éliminer les obstacles et à éduquer les personnes qui l'entourent font d'elle une femme influente du Cap-Breton.

Murdena Marshall est une aînée micmaque et une guide spirituelle bien connue. Elle est née à Whycocomagh, au Cap-Breton. Lorsqu'elle avait huit ans, sa mère est morte en couches. Selon la tradition culturelle, elle a dû aller vivre chez ses grands-parents maternels. Peu après, sa grand-mère est décédée. C'est donc son grand-père, ses tantes et ses oncles qui l'ont élevée.

Le grand-père de Murdena, feu Gabriel Sylliboy, a été le premier chef élu du Grand conseil des micmacs. Même s'il ne savait ni lire, ni écrire, ni parler anglais, il a insisté pour que Murdena et tous ses autres petits-enfants suivent une formation scolaire en anglais, sans toutefois mettre de côté la culture et la langue micmaque. Murdena a fréquenté l'externat indien de la Première nation d'Eskasoni, communauté dans laquelle elle habite encore aujourd'hui. Elle a ensuite fait ses 9e et 10e années à l'école catholique intermédiaire d'Arichat, puis ses 11e et 12e années au couvent Saint-Joseph, à Mabou, qu'elle a cependant quitté avant de terminer sa dernière année. Après avoir quitté l'école, Murdena a épousé Albert Marshall, puis elle s'est dévouée à son rôle d'épouse et de mère, elle qui aura au total six enfants. En 1978, elle a perdu son jeune fils, Tommy. Cette perte l'a profondément marquée, mais elle est aussi en grande partie responsable de sa décision d'enseigner. Elle voulait assouvir sa soif de connaissances et aider sa communauté micmaque.

Murdena a suivi des cours à l'institut pédagogique de la Nouvelle- Écosse, à Truro. En 1984, elle a obtenu son baccalauréat en éducation de l'Université du Nouveau-Brunswick. Elle a ensuite approfondi ses études à l'Université Harvard, où elle a obtenu une maîtrise en éducation. Elle est aussi titulaire d'un certificat en immersion micmaque de l'Université St. Thomas. Murdena a travaillé pendant quelque temps à titre d'éducatrice dans sa collectivité, avant de se joindre au corps professoral de l'Université du Cap-Breton, où elle a joué un rôle fondamental dans l'élaboration du programme d'études micmaques. Elle a aussi joué un rôle clé dans l'élaboration du programme de sciences intégrées, qui permet aux gens d'étudier en parallèle les sciences autochtones et les sciences dites de grand public.

Murdena a cessé d'enseigner à l'Université du Cap-Breton à la fin des années 1990, mais, comme tous les autres modèles de ma liste, elle n'a pas pour autant ralenti son engagement communautaire. Elle continue de jouer un rôle actif auprès d'un certain nombre d'organisations, notamment l'Organisation nationale de la santé autochtone, l'institut Unamak'l des ressources naturelles, le comité consultatif des aînés du Centre culturel Mi'kmawey Debert, l'association de lutte contre l'abus de l'alcool et des drogues chez les autochtones, et le programme de science intégrative de l'Université du Cap Breton. De plus, Murdera organise également des ateliers d'un bout à l'autre du Canada atlantique.

Murdena a reçu le prix de la Première nation Eskasoni pour son leadership exceptionnel en 1989 et le prix du Programme national des modèles autochtones en 1996. En 2006, on lui a remis le Grand Chief Donald Marshall Senior Memorial Elder Award.

Les connaissances et le savoir-faire que transmet Murdena en tant que conférencière animée à l'occasion de congrès nationaux et internationaux sont inestimables. Par ses récits, elle montre la sagesse du peuple mi'kmaq et sa vision unique du monde qui nous entoure.

Honorables sénateurs, Murdena Marshall est non seulement passée maître dans ce qu'elle fait, mais, en plus, elle traduit sa philosophie de vie en actions concrètes. Elle est une femme forte du Cap-Breton.

Honorables sénateurs, je suis impatiente de vous raconter l'histoire d'autres femmes du Cap-Breton qui exercent une influence très positive sur la vie des gens qui les entourent.

Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »