Discours et débats

Les droits de la personne en Iran—Interpellation

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 03 mai 2012 par la sénatrice Joan Fraser

L'honorable Joan Fraser (leader adjoint suppléant de l'opposition) :

Honorables sénateurs, comme je l'ai dit la semaine dernière, je dois des excuses à madame le sénateur Frum. Elle a été très patiente et j'ai laissé cet article au Feuilleton pendant trop longtemps. Je ne voudrais pas qu'elle pense que c'était parce que je n'accordais pas d'importance à son interpellation.

Toutefois, en fin de compte, je suis assez heureuse de pouvoir enfin intervenir au sujet de cette interpellation aujourd'hui précisément. Comme les sénateurs le savent, c'est aujourd'hui la Journée mondiale de la liberté de la presse, et c'est l'un des domaines où l'Iran soulève le plus de questions.

Afin de souligner cette journée, le Comité pour la protection des journalistes vient de publier sa liste des dix pays maîtres de la censure. L'Iran vient au quatrième rang, après l'Érythrée, la Corée du Nord et la Syrie. Selon l'organisme Reporters sans frontières et le Comité pour la protection des journalistes, l'Iran est le pays où l'on compte le plus grand nombre de journalistes emprisonnés. Ce qui est peut-être encore plus révoltant c'est que les journalistes ne sont pas les seuls à faire l'objet de tactiques visant à les museler. Selon l'organisme Human Rights Watch, « le gouvernement iranien intimide et détient des amis et des membres de la famille des journalistes de langue perse qui sont en poste à l'étranger ».

Autrement dit, l'Iran n'est pas un pays où les journalistes peuvent exercer leur profession en sécurité. Il existe de nombreux exemples de journalistes qui paient un prix terrible. Aujourd'hui, je veux faire part aux honorables sénateurs d'un cas tout récent.

Kaveh Rezaie est un étudiant journaliste et un blogueur. Il est âgé de 26 ans et il étudiait en génie mécanique avant d'être expulsé de l'université.

Il a été expulsé parce que c'est un activiste qui défend les droits civils, les droits de la personne et les droits des femmes. Il a participé à la campagne « Un million de signatures », aussi connue sous le nom de « Change for Equality ». Il s'agit d'un mouvement visant à obtenir un million de signatures afin de faire changer les lois qui sont discriminatoires à l'endroit des femmes. Il a même aidé à créer un groupe d'hommes à l'université qui étaient solidaires de la campagne « Un million de signatures ».

Kaveh cherchait à faire la lumière sur le cas de Zahra Bani Yaghoub, une Iranienne qui était médecin et qui a été emprisonnée pour des motifs politiques. On a dit qu'elle s'était suicidée en prison, mais sa famille et les activistes iraniens soupçonnent fortement qu'elle a été tuée par les autorités iraniennes. Kaveh a écrit au sujet de la Dre Bani Yaghoub dans son blogue.

Lorsqu'il était étudiant reporter, Kaveh écrivait dans l'ISNA, qui est une publication officielle de l'université nationale iranienne, mais il a été congédié.

La semaine dernière, le 24 avril, Kaveh a été emmené à la tristement célèbre prison centrale de Karaj pour y « purger » une peine de 18 mois d'emprisonnement qui lui avait été imposée par les autorités judiciaires iraniennes. Selon des nouvelles en provenance de Téhéran, il a été transféré de l'unité de quarantaine à une petite cellule où il est détenu avec des toxicomanes et des criminels dangereux. Il semblerait que Kaveh soit le seul prisonnier politique connu détenu à la prison centrale de Karaj. Par ailleurs, des sources ont confirmé qu'il est quotidiennement victime de violence psychologique et on craint qu'il subisse des actes de la violence physique.

Des activistes ont cité les propos d'un de ses amis proches sur Internet. Celui-ci a dit :

Kaveh Rezaie est un jeune homme instruit qui se bat pour la justice. Il s'est toujours efforcé de chercher la vérité et n'a jamais rien attendu en retour. Cela lui a valu d'être jeté dans une cellule, en prison, avec des toxicomanes!

Soit dit en passant, ce n'est pas la première arrestation de Kaveh. Il a été arrêté une fois auparavant, en 2008, et c'était également à cause de ce qu'il écrivait dans son blogue et de son activisme.

Les autorités iraniennes ont augmenté la pression sur lui parce qu'il a continué de parler du traitement injuste réservé à son peuple par le gouvernement iranien. Des activistes iraniens pensent que les persécutions qu'il a subies récemment sont liées au contenu de son blogue, en particulier à l'article concernant la regrettée Dr Bani Yaghoub.

Les écrits de Kaveh portaient principalement sur les luttes quotidiennes des citoyens iraniens. Il considérait qu'il avait le devoir, en tant que citoyen iranien préoccupé, de faire entendre la vérité. Maintenant, on l'empêche de poursuivre son travail. Maintenant, nous avons l'obligation de donner une voix à tous ceux qu'on a réduits au silence, et en particulier, ce jour-ci, à tous les journalistes iraniens qui ont été réduits au silence.

Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Les travaux du Sénat

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je prends la parole au nom du leader de l'opposition, le sénateur Cowan, qui devait être à Halifax ce soir pour un engagement public. Je dois vous dire que, lorsque je l'ai appelé pour lui dire que nous allions ajourner pour l'été ce soir, je l'ai senti assez irrité, non pas parce qu'il voulait que nous continuions à travailler comme des galériens, mais parce qu'il avait déjà rédigé un discours qu'il voulait prononcer demain matin.

Les phares à titre de symboles irremplaçables du patrimoine maritime—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Merci, Votre Honneur, et je présente mes excuses à la sénatrice Champagne.

L'inégalité d'accès à la justice—Interpellation

19 juin, 2014 | Par la sénatrice Joan Fraser | Chers collègues, je sais que la sénatrice Jaffer s'apprêtait à clore ce débat, mais auparavant, je tenais seulement à dire à quel point la question qu'elle a portée à notre attention est importante.

Le Sénat—La promotion et la défense des causes d'intérêt public—Interpellation

19 juin, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Honorables sénateurs, je sollicite votre clémence à mon égard en cette heure tardive parce que j'ai un discours, mais vous devez comprendre que, pour que l'on puisse souligner dignement le départ de nos cinq collègues sénateurs cette semaine, j'ai cédé mon temps de parole pour que nous puissions rendre hommage aux sénateurs Buth, Segal, Callbeck, Dallaire et Champagne.

L'étude sur les relations internationales du Canada en matière de sécurité et de défense

19 juin, 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Alors, vous pensiez que je n'allais pas prendre la parole, n'est-ce pas? Eh bien, vous vous êtes trompés! Je prends donc la parole pour appuyer ce rapport du Comité de la défense, qui recommande que le Canada participe à la défense antimissile balistique avec le NORAD.
« 1 2 3 4 5  ... »