Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Pierrette Ringuette

L Le 12 décembre 2002, la sénateure Ringuette a été nommée au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien pour représenter la division sénatoriale du Nouveau-Brunswick.

Discours et débats

Le décès de l'honorable Sheila Finestone, C.P.

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Déclaration faite le 20 octobre 2009 par la sénatrice Joan Fraser, la sénatrice Catherine Callbeck, la sénateure Lucie Pépin (retraitée) et la sénatrice Mobina Jaffer

L'honorable Joan Fraser :

Honorables sénateurs, Sheila Finestone est née à Montréal et avait des racines profondes dans cette ville. C'était la fille de Monroe Abbey et de Minnie Cummings Abbey, un couple qui a fait beaucoup de travail communautaire. Son père a été président du Congrès juif canadien. Elle a acquis ces valeurs qui l'ont accompagnée jusqu'au jour de sa mort.

Diplômée de l'Université McGill en 1947, Sheila Finestone s'est mariée la même année. Comme elle a eu quatre fils, son rôle de mère aurait normalement été considéré comme une carrière à temps plein. Il est écrit quelque part que les mères de trois fils ont une place spéciale au ciel. Je ne peux qu'imaginer à quel point la place doit être spéciale pour la mère de quatre fils. Mais, bien sûr, ce n'était pas suffisant pour occuper Sheila Finestone.

Elle s'est fait remarquer par son travail communautaire, notamment à titre de présidente de la Fédération des femmes du Québec, de 1977 à 1980. C'est au cours de cette période qu'elle a participé à l'organisation du fameux rallye des Yvette, qui a fortement influé sur le déroulement de la campagne référendaire en cours et sur l'issue du référendum sur l'indépendance du Québec.

Arrivée à la Chambre des communes en 1984, elle a été réélue trois fois de suite. Elle représentait la circonscription de Mont-Royal, l'une des circonscriptions les plus historiques qu'on puisse imaginer. C'est l'honorable Pierre Trudeau qui représentait cette circonscription avant elle, et c'est l'honorable Irwin Cotler qui lui a succédé. Si cela vous amène à penser que, pour être député de Mont-Royal, il faut avoir à cœur la défense des droits de la personne, vous avez raison. Tous les aspects des droits de la personne intéressaient Sheila Finestone, en particulier les droits des femmes, les droits linguistiques des minorités, les droits des groupes ethniques et le travail humanitaire, ici et à l'étranger.

À la Chambre des communes, Sheila Finestone a été secrétaire d'État au Multiculturalisme et à la Situation de la femme. Elle a été à la tête de la délégation canadienne à la Quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, qui s'est tenue à Pékin en 1995. Quand elle est arrivée au Sénat en 1999, elle a à peine pris le temps de respirer avant d'accepter le poste de vice-présidente du Comité sénatorial permanent des droits de la personne. Elle a accompli un travail gigantesque au sein de l'Union interparlementaire, qui l'a fait connaître dans le monde entier pour sa lutte contre les mines terrestres et sa défense de la Convention d'Ottawa, et pour son travail en faveur de la Cour pénale internationale.

Ces simples faits ne nous disent pas tout, car ceux qui la connaissaient vous diront que Sheila Finestone était aussi la plus chaleureuse, la plus intéressante, la plus énergique, la plus infatigable et la plus attentionnée des femmes qu'on puisse connaître. Tout le monde l'aimait. Elle savait magasiner comme nulle autre, et demeurait une mère et une grand-mère passionnée. Elle voulait que tous soient aussi heureux au sein de leur famille qu'elle l'était dans la sienne. Elle savait créer le bonheur autour d'elle, et nous lui devons beaucoup.


L'honorable Catherine S. Callbeck :

Honorables sénateurs, je suis heureuse de participer à l'hommage rendu à Sheila Finestone, que je considérais comme une amie et une collègue. Aux élections de 1984, nombre de candidats libéraux ont été défaits, mais, dans la circonscription de Mont-Royal, Sheila Finestone a été élue pour la première fois, avec une majorité impressionnante.

Elle a grandi dans le Montréal des années 1930 et 1940, où elle a connu le racisme et le sexisme. C'est là qu'elle s'est fixé comme but dans la vie de faire en sorte que d'autres n'aient pas à être confrontés à de tels obstacles. Dès son arrivée à Ottawa, Sheila a indiqué qu'elle s'emploierait à être le porte-parole de ceux qui ne réussissent pas à se faire entendre, tant les femmes que les membres des minorités culturelles ou linguistiques. Elle a souvent dit que son travail le plus important avait été l'étude qu'un comité composé de représentants de tous les partis avait faite. Ce comité avait pour mandat de relever les lois qui devaient être modernisées en vue d'assurer leur conformité à l'article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Sheila avait déjà mené plusieurs carrières lorsqu'elle est arrivée à Ottawa. Elle était une épouse et la mère de quatre garçons, qui ont tous réussi dans la carrière de leur choix. Elle a fait du bénévolat sur plusieurs fronts. Elle a travaillé pour des organismes de protection de la jeunesse au Québec; elle a été membre du personnel politique de Claude Ryan, un ancien chef du Parti libéral du Québec. Lorsque Sheila a atteint l'âge où bon nombre de personnes pensent à ralentir leurs activités, elle a choisi une nouvelle carrière : celle de députée, puis celle de sénateur.

J'ai rencontré Sheila lorsqu'elle a été élue en 1988. Fraîchement arrivée à Ottawa et à la Chambre des communes, j'ai aimé son amitié soutenue et ses précieux conseils. Elle avait une énergie inépuisable. Elle était curieuse et avait soif de connaissances et d'informations. L'amitié était l'une des valeurs de Sheila. Elle avait des amis au sein de tous les partis et elle travaillait avec tous les partis.

En terminant, permettez-moi de vous raconter une anecdote au sujet d'une des campagnes électorales de Sheila. Un jeune enfant qui tentait de lire son nom sur une de ses affiches avait du mal à le prononcer. Il a dit « Sheila Finest One ». Honorables sénateurs, je crois que cette formulation anglaise décrit à merveille Sheila : c'était effectivement la meilleure.


L'honorable Lucie Pépin :

Honorables sénateurs, nous saluons aujourd'hui le parcours d'une femme qui a vécu intensément au service des autres. Avec le décès, en juin dernier, de l'honorable Sheila Finestone, nous avons perdu une grande Canadienne, une femme dévouée et attachante.

J'ai été élue députée fédérale en 1984, en même temps que Sheila. Toutefois, j'ai eu le privilège de la connaître bien avant. Nous partagions non seulement notre ville de Montréal mais aussi plusieurs causes qui nous tenaient à cœur.

Femme de conviction et leader née, Sheila a été une militante qui a toujours dénoncé les injustices sociales et lutté contre toute forme d'injustice. Changer le quotidien de ses compatriotes a toujours été pour elle quelque chose de sacré. À la voir agir, on sentait en elle que le devoir de servir était une passion.

Le fait de devenir député, secrétaire d'État, puis sénateur a été pour Sheila une manière de continuer à travailler pour l'égalité et la justice. Elle a toujours cru en ces valeurs et n'a jamais cessé de se battre pour que chaque être humain, quel que soit son sexe ou sa race, puisse vivre dans le respect de ses droits.

Sheila était une femme très engagée au Congrès juif canadien, au sein duquel elle a occupé plusieurs responsabilités, principalement sociales.

Le chemin des Canadiennes a été jalonné d'embûches, et Sheila Finestone fut parmi celles qui ont grandement contribué à les réduire. En 1977, elle a été la première anglophone à diriger la Fédération des femmes du Québec. Ses qualités de rassembleuse lui ont permis de créer des ponts entre les associations de femmes anglophones et francophones. Depuis son départ, on n'a pas retrouvé cette collégialité qui existait à l'époque entre les associations féminines du Québec.

Sheila était une ardente fédéraliste. Elle est entrée en politique à la veille du référendum sur la souveraineté du Québec en 1980. Sa présence dans la campagne du NON a été remarquée. Lors de la campagne référendaire, elle a été l'une des organisatrices du mouvement de femmes connu sous le nom des Yvette. On se souviendra que le succès de ce mouvement a contribué à sortir le camp fédéraliste de sa mauvaise position dans les sondages.

Le dévouement de Sheila à l'endroit du Parti libéral du Canada était unanimement reconnu et apprécié. En 2001, lors de sa retraite, je lui rappelais au Sénat des dîners au poulet et des soupers de spaghettis qu'elle animait, en hiver comme en été, dans toutes les régions du Québec pour le compte du parti.

Je suis très fière d'avoir connu cette formidable femme, d'avoir été son amie puis sa collègue. Sheila n'est plus, mais elle nous laisse un héritage dont nous pouvons nous enorgueillir. Surtout, elle nous inspire à rester toujours présent auprès des personnes qui sont dans le besoin.

Sheila, tu ne seras pas oubliée.


L'honorable Mobina S. B. Jaffer :

Honorables sénateurs, aujourd'hui, je tiens à rendre hommage à feu l'honorable Sheila Finestone, une personne que j'ai toujours considérée comme une amie spéciale.

Ce que j'admirais chez Sheila, c'était son courage de travailler sur des dossiers qui lui tenaient vraiment à cœur, et ce, même si elle savait qu'elle devrait déployer beaucoup d'efforts pour convaincre et persuader les autres. Mon meilleur souvenir d'elle, c'est lorsqu'elle disait ceci :

Si vous pensez que je vais commencer à me taire à mon âge, oubliez ça.

En sa qualité de membre de l'exécutif du Comité canadien d'action sur le statut de la femme de 1975 à 1980, elle s'est consacrée à changer la vie des femmes vulnérables. En tant que directrice du Centre juif de services familiaux et fondatrice du projet Genesis, qui fournit divers services, notamment de nature juridique, aux personnes dans le besoin, Sheila a montré tôt dans sa vie à quel point les vicissitudes des autres étaient importantes pour elle.

Lorsque Sheila a été élue députée en 1984, elle savait qu'il ne lui serait pas facile de suivre les traces du premier ministre Trudeau dans la circonscription de Mont-Royal. Comme le savent tous ceux qui ont eu le privilège de travailler avec elle au Sénat, elle a non seulement suivi les traces de M. Trudeau, mais elle a aussi su tracer sa propre voie.

Sheila a continué de promouvoir la cause des femmes après sa première élection à la Chambre des communes, déclarant ce qui suit dans son premier discours :

Le gouvernement risque de se faire accuser de n'accorder qu'une attention symbolique aux graves préoccupations des Canadiennes puisqu'il les exclut de son centre de décision.

Sheila Finestone savait à quel point il est important et utile de combler les écarts entres les divers groupes de femmes et les cultures. Elle comprenait qu'il est absolument capital, dans une démocratie, d'y contribuer, de veiller à ce que les divers groupes aient une place, une voix dans la société. Je sais qu'elle nous incluait tous dans ses réflexions.

En sa qualité de députée, Sheila faisait preuve d'un extraordinaire dynamisme dans sa circonscription multiculturelle et multilingue de Mont-Royal. Sa popularité parmi ses électeurs n'a jamais été aussi évidente que lors des élections de 1993, au terme desquelles elle fut réélue avec une avance de 36 000 voix. Après ces élections, elle continua de défendre la cause de femmes et du multiculturalisme en tant que première secrétaire d'État à la Situation de la femme et au Multiculturalisme.

Lorsqu'elle fut nommée au Sénat en 1999, elle continua de se battre non seulement pour un Canada meilleur, mais aussi pour un monde meilleur. Tenante du tribunal international et militante en faveur de l'interdiction des mines antipersonnel, elle faisait écho aux sentiments d'un monde qui aspirait à la paix.

Son poste de vice-présidente du Comité sénatorial permanent des droits de la personne lui permit n d'orienter le débat de manière à avantager une majorité de gens.

Quand Sheila quitta le Sénat, elle laissa un vide en cette enceinte. Quand elle nous quitta pour un monde meilleur, elle laissa un vide dans nos vies.

Veuillez s'il vous plait appuyer ici pour lire plusieurs hommages pour l'honorable Sheila Finestone


Déclarations récentes des sénateurs libéraux

Projet de loi sur le contrôle par les premières nations de leurs systèmes d'éducation

10 avr., 2014 | Par la sénatrice Lillian Eva Dyck | Honorables sénateurs, j'aimerais faire quelques observations au sujet de cette motion. Je l'appuie sans réserve. L'adoption d'une loi sur l'éducation des Premières Nations est très importante pour le bien-être des Premières Nations des quatre coins du Canada, et surtout pour les jeunes Autochtones.

L'écart entre les riches et les pauvres

10 avr., 2014 | Par le sénateur Céline Hervieux-Payette | Qu'entend faire le gouvernement pour tirer les enseignements de la crise financière, réduire les inégalités de la richesse et s'inspirer d'autres juridictions qui ont commencé à mettre la pédale douce sur des rémunérations qui n'ont rien à voir avec la productivité des gens qui reçoivent le salaire moyen d'un Canadien en une demi-journée?

La transmission télévisée des travaux du Sénat

10 avr., 2014 | Par le sénateur Grant Mitchell | Quelle est l'opinion du leader à ce sujet?

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Cette recommandation a reçu l'appui unanime du Sénat; j'en déduis donc, sénateur, que vous serez tout à fait disposé à la faire valoir auprès du gouvernement.

Un régime national d'assurance-médicaments

10 avr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Ma question est donc la suivante : le gouvernement fera-t-il du programme national d'assurance-médicaments une priorité?
« 1 2 3 4 5  ... »