Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Jane Cordy

L Nommé au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien, la sénatrice Jane Cordy, enseignante de profession, représente la Nouvelle-Écosse et la division sénatoriale de Nouvelle-Écosse.

Publications

Le problème de pauvreté du Canada ne va pas se régler de lui-même

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Art Eggleton le 30 novembre 2011

Il y a 22 ans, la Chambre des communes votait à l’unanimité pour l’éradication de la pauvreté infantile au Canada avant la fin de l’an 2000. Tous les partis avaient appuyé la motion; il semblait alors que nous étions enfin en mesure de veiller à ce qu’aucun enfant n’ait plus à vivre sans avoir suffisamment à manger ou sans avoir de logement. Toutefois, un nouveau rapport de Campagne 2000 révèle que, plus de deux décennies plus tard, 639 000 enfants vivent toujours dans la pauvreté. Ce nombre équivaut à un enfant sur dix. La situation des enfants autochtones est encore pire. Il est choquant d’apprendre que dans les réserves, un enfant sur quatre vit sous le seuil de la pauvreté. Le plus alarmant est qu’un enfant sur trois vivant sous le seuil de la pauvreté a au moins un parent qui travaille à temps plein.

Et si le nombre de Canadiens vivant encore dans la précarité n’est pas suffisamment inquiétant, les coûts associés à la pauvreté le sont assurément. On estime à l’heure actuelle que la pauvreté coûte au Canada au moins 24 milliards de dollars par année et que 20 % de tous les coûts de soins de santé sont directement attribuables à la pauvreté. Voyons les choses ainsi : un enfant qui vient au monde dans la pauvreté est plus à risque de mourir pendant son enfance et, s’il vit, il aura probablement un poids à la naissance inférieur et plus de handicaps. À mesure qu’il grandira, il souffrira de malnutrition et éprouvera des problèmes de santé. Il manquera plus de jours de classe et, lentement mais sûrement, il prendra de plus en plus de retard et entraînera des coûts considérables pour la société.

Si nous pouvions résoudre le problème dès le départ et empêcher les enfants de grandir dans la pauvreté, les gains réalisés tant sur le plan financier que sur le plan de la qualité de vie augmenteraient de façon spectaculaire.

Voilà pourquoi je prie ce gouvernement d’établir enfin une stratégie nationale à long terme viable afin d’éliminer la pauvreté au Canada. La stratégie doit mettre l’accent sur ce que le Conseil national du bien-être social qualifie de modèle d’investissement. Plutôt que de payer pour améliorer légèrement la qualité de vie d’une personne à court terme, nous devons investir dans des solutions à long terme. Comme on le dit si bien, le modèle d’investissement que nous appliquons actuellement « équivaut à obtenir la moitié d’une dose d’antibiotiques; l’infection disparaît quelque temps, avant de réapparaître, encore plus virulente ». Nous ne pouvons continuer ainsi.

En fait, nous ne sommes pas si loin de l’objectif, même en tenant compte des dépenses actuelles. Le dernier rapport du Conseil national du bien-être social indique que l’écart de pauvreté au Canada est de 12 milliards de dollars. Ce montant annuel représente ce qui serait nécessaire pour veiller à ce que chaque Canadien vive au-dessus du seuil de la pauvreté. S’il est vrai que l’investissement de départ pourrait être important, il reste que les gains réalisés à long terme surpasseraient de loin les coûts initiaux, compte tenu des milliards de dollars économisés annuellement en coûts associés à la pauvreté. 

Il est temps de cesser de panser le problème et de s’attaquer à ses causes profondes.

Publications récentes

Les familles d’enfants autistes en crise : rien n’a changé

31 mars, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Le 2 avril est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le mois dernier, un comité spécial de l’Assemblée législative de l’Ontario a publié un rapport provisoire sur les services de développement en Ontario. Les recommandations finales seront présentées au gouvernement de l’Ontario en mai.

Reddition de comptes et transparence pour l’ensemble du Parlement

25 mars, 2014 | Par le sénateur Percy Downe | J’ai parlé à de nombreux Canadiens récemment et ils souhaitent plus de transparence et une meilleure reddition de comptes de la part du gouvernement. Ils ne veulent pas de slogans. Ils ne veulent pas de promesses. Ils veulent qu’on agisse, et comme le Sénat et la Chambre des communes sont le lien principal entre les Canadiens et le gouvernement, il est de notre devoir de répondre aux demandes de la population. Les temps changent. Les attentes changent. Les normes changent. Ce qui était acceptable il y a 20 ans ou 10 ans ne l’est plus maintenant.

Harper et le mythe de la création d’emploi

4 févr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Avec près de 46 000 Canadiens qui ont perdu leur emploi en décembre, force est d’admettre que l’économie ne se porte pas aussi bien que le prétend le gouvernement Harper. Même si on nous répète que non seulement notre économie va bien, mais que nous faisons figure de leader mondial à ce chapitre, ce n’est malheureusement pas le cas.

Agents libres chez les sénateurs d’Ottawa : le nouveau Sénat

4 févr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Mercredi, le Sénat est entré dans une ère nouvelle. Justin Trudeau a annoncé que les 32 sénateurs libéraux en exercice ne seraient plus membres du Caucus libéral national. Son but : contribuer à éliminer la partisanerie excessive qui a entravé le Sénat dans son rôle de second examen objectif. Il a promis aux Canadiens que lorsqu’il deviendra premier ministre, il mettra également fin au favoritisme dans les nominations au Sénat en mettant en place un processus public, ouvert, transparent et non partisan pour nommer et confirmer les sénateurs.

Arguments pour un Sénat non élu

30 janv., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Les sénateurs canadiens expriment souvent leur frustration face au peu d’attention que suscitent leurs travaux — l’étude approfondie de politiques et le « second examen objectif » des mesures législatives présentées à la Chambre des communes.
« 1 2 3 4 5  ... »