Publications

À combien de financement fédéral l'Île du Prince Édouard peut elle s'attendre pour le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown de 1864?

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Percy Downe le 16 juin 2012

Au cours des dernières décennies, le gouvernement du Canada a financé des événements majeurs, qui ont une grande importance historique, partout dans notre pays. Le gouvernement conservateur actuel a maintenu cette initiative en fournissant un appui financier pour l'anniversaire de la guerre de 1812 (25 millions de dollars), le 400e anniversaire de la fondation de Cupids à Terre Neuve et Labrador, en 2010 (comptant pour une contribution par habitant de 5 400 $ pour une collectivité de 790 personnes) et le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec (120 millions de dollars).

Compte tenu du soutien financier important dont ces événements ont fait l'objet - en particulier l'anniversaire de la ville de Québec - j'ai été surpris par la réponse du ministre du Patrimoine, James Moore, à un reportage publié dans The Guardian, à savoir que le montant de 30 millions de dollars que l'Île du Prince Édouard (Î. P. É.) s'attend à recevoir pour le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown est peut être ambitieux.

Compte tenu de l'importance historique de la Conférence de Charlottetown, il n'est pas déraisonnable de s'attendre à ce que le niveau de financement fédéral pour le 150e anniversaire soit plus proche des 120 millions de dollars reçus par la ville de Québec pour la célébration de son anniversaire, plutôt que des 28 millions de dollars affectés au bicentenaire de la guerre de 1812. Le fait que le ministre du Patrimoine laisse entendre le contraire est, par dessus tout, une insulte à l'égard d'un jalon d'une telle importance dans l'histoire du Canada. Le fait que le ministre du Patrimoine laisse entendre le contraire pour des raisons de restrictions financières, compte tenu des dépenses prodigues engagées pour d'autres célébrations à une époque d'austérité gouvernementale, constitue une insulte à l'égard des Prince Édouardiens. Comme le gouvernement fédéral a été aussi généreux lorsqu'il s'agissait de commémorer d'autres événements, pourquoi le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown serait elle moins méritante?

Pendant que les Canadiens se préparent à célébrer le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown en 2014, les Prince Édouardiens ne devraient pas considérer qu'une contribution financière comparable à celle qui a été accordée par le gouvernement du Canada à la ville de Québec, à savoir plus de 100 millions de dollars, n'est pas réaliste.

Il se peut que les Canadiens remettent en question le caractère approprié de l'affectation de fonds aussi importants aux anniversaires dans le climat économique actuel, mais lorsque ces fonds sont affectés à l'infrastructure, ils créent des emplois et laissent des avantages permanents pour les résidents. Les Canadiens utilisent toujours les parcs et les autres installations construits en honneur du centenaire du Canada, en 1967, et continuent d'affluer au Centre des arts de la Confédération, qui a été construit pour commémorer le 100e anniversaire de la Conférence de Charlottetown. Bien au delà des concerts ou des feux d'artifice, un tel financement fournit un héritage durable aux collectivités, lequel sert de rappel tangible de notre patrimoine canadien.

Par exemple, dans le cas de Cupids, la collectivité a investi dans la construction du Cupids Legacy Centre, un musée interactif qui rend hommage à la place de Cupids dans l'histoire, en tant qu'établissement britannique continuellement occupé au Canada. Le Centre contient également des locaux multifonctionnels qui peuvent être utilisés pour des événements et des célébrations, et s'est avéré très bénéfique pour la collectivité au complet.

L'importance fondamentale de la Conférence de Charlottetown dans l'histoire canadienne ne peut pas être trop soulignée. Destinée à servir de tribune pour discuter de l'union des colonies maritime, la Conférence est devenue plus ambitieuse, regroupant le Haut Canada et le Bas Canada, ce qui a mené à la formation de notre pays et a gagné à l'Île du Prince Édouard le titre de « berceau de la Confédération ». Pour célébrer l'accomplissement qu'était la Confédération, il faut reconnaître le rôle clé joué par la Conférence de Charlottetown, et, pendant que nous approchons de son 150e anniversaire, nous devons réfléchir et discuter de la façon dont nous allons la commémorer d'une façon qui soit représentative de son importance.

Récemment, dans sa chronique, Gary MacDougall, rédacteur en chef de The Guardian, a écrit ce qui suit :

Il faut se poser la question de savoir si 2014 est simplement une occasion sentimentale en or de colporter la province et ses charmes auprès des touristes; de faire un tas d'histoires et d'assurer une saison touristique record, comme celles dont nous jouissions auparavant. Ou s'agit il d'un moment spécial dans le temps, d'une occasion de commémorer l'un des moments les plus historiques de ce pays, ainsi que le rôle joué par l'Île du Prince Édouard à cet égard? […]

L'idée que la génération d'aujourd'hui n'a ni l'intérêt, ni la prévoyance de songer à un héritage durable pour le 150e anniversaire est démoralisante. Il semble que notre capacité de rêver est prise dans un carcan économique […] [traduction]

Bonne question – et, à ce jour – aucune réponse.

Peu importe le niveau de financement fédéral qui sera affecté à la célébration de la Conférence de Charlottetown – et il ne fait aucun doute que des millions de dollars en financement fédéral seront budgétisés à cette fin – j'espère que cette information inspirera la tenue de discussions imaginatives au sujet de la façon dont nous pouvons le mieux utiliser ce financement pour commémorer le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown d'une façon qui ait une incidence durable et positive sur notre collectivité, pour le bénéfice à la fois des générations actuelles et des générations futures de Prince Édouardiens et de Canadiens.

Publications récentes

Les familles d’enfants autistes en crise : rien n’a changé

31 mars, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Le 2 avril est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le mois dernier, un comité spécial de l’Assemblée législative de l’Ontario a publié un rapport provisoire sur les services de développement en Ontario. Les recommandations finales seront présentées au gouvernement de l’Ontario en mai.

Reddition de comptes et transparence pour l’ensemble du Parlement

25 mars, 2014 | Par le sénateur Percy Downe | J’ai parlé à de nombreux Canadiens récemment et ils souhaitent plus de transparence et une meilleure reddition de comptes de la part du gouvernement. Ils ne veulent pas de slogans. Ils ne veulent pas de promesses. Ils veulent qu’on agisse, et comme le Sénat et la Chambre des communes sont le lien principal entre les Canadiens et le gouvernement, il est de notre devoir de répondre aux demandes de la population. Les temps changent. Les attentes changent. Les normes changent. Ce qui était acceptable il y a 20 ans ou 10 ans ne l’est plus maintenant.

Harper et le mythe de la création d’emploi

4 févr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Avec près de 46 000 Canadiens qui ont perdu leur emploi en décembre, force est d’admettre que l’économie ne se porte pas aussi bien que le prétend le gouvernement Harper. Même si on nous répète que non seulement notre économie va bien, mais que nous faisons figure de leader mondial à ce chapitre, ce n’est malheureusement pas le cas.

Agents libres chez les sénateurs d’Ottawa : le nouveau Sénat

4 févr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Mercredi, le Sénat est entré dans une ère nouvelle. Justin Trudeau a annoncé que les 32 sénateurs libéraux en exercice ne seraient plus membres du Caucus libéral national. Son but : contribuer à éliminer la partisanerie excessive qui a entravé le Sénat dans son rôle de second examen objectif. Il a promis aux Canadiens que lorsqu’il deviendra premier ministre, il mettra également fin au favoritisme dans les nominations au Sénat en mettant en place un processus public, ouvert, transparent et non partisan pour nommer et confirmer les sénateurs.

Arguments pour un Sénat non élu

30 janv., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Les sénateurs canadiens expriment souvent leur frustration face au peu d’attention que suscitent leurs travaux — l’étude approfondie de politiques et le « second examen objectif » des mesures législatives présentées à la Chambre des communes.
« 1 2 3 4 5  ... »