Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Sandra Lovelace Nicholas

L Le sénateur Sandra Lovelace Nicholas a joué un rôle déterminant dans la lutte des Canadiennes autochtones pour l'acquisition de leurs droits, et offre ainsi un excellent exemple de ce que peut accomplir une femme qui s'applique à rectifier une injustice.

Publications

Les Inuits ont besoin de la chasse aux phoques commerciale

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Charlie Watt le 18 mars 2009

Objet : Article paru dans Embassy, le 4 mars, « WTO Retaliation Threatened as EU Seal Ban Draws Closer »

 

Je vous écris aujourd’hui à propos de la chasse aux phoques. Il faut préciser qu’au Canada, il existe deux principaux types de chasse aux phoques : la chasse traditionnelle inuite (dite « de subsistance ») et la chasse commerciale.

 

En tant que sénateur et chasseur inuit, je crains pour la santé économique de mon peuple. Contrairement à la croyance populaire, lorsqu’un Inuit chasse le phoque, il utilise tout l’animal. La pelleterie sert pour les vêtements, la viande, pour la nourriture, et l’huile est très précieuse pour nous. La chasse aux phoques est l’une des principales sources de nourriture. Dans le Nord, la nourriture préemballée est un luxe que peu peuvent se payer. Nous devons donc trouver notre nourriture sur la terre et dans la mer.

 

Nous ne percevons pas les phoques de la même façon que les gens du Sud. Certains groupes aiment les dépeindre comme de jolies petites créatures enjouées aux yeux bleus, mais, pour nous, ils sont les chiens sauvages de la mer et des concurrents directs pour la nourriture. Les phoques, comme les humains, chassent les poissons. Dans les régions où les phoques sont nombreux, notre capacité à nous nourrir est grandement diminuée.

 

Les chasseurs inuits sont peu nombreux. Nous attrapons les phoques et les arrangeons sur place. La viande est placée dans le congélateur communautaire et sert à nourrir les plus démunis. C’est la façon de faire traditionnelle. Comme Inuits canadiens, nous pensons également à l’équilibre de l’écosystème : si la population de phoques est hors de contrôle, il risque de ne plus rester de nourriture pour nous. Voilà la véritable menace. Depuis l’introduction des quotas sur le phoque du Groenland, la population de phoques a triplé.

 

Du point de vue économique, la chasse aux phoques commerciale est notre principale industrie et l’unique source de revenus de nombreux Inuits. Pour combler le volume qu’il nous faut, nous dépendons d’autres chasseurs non Inuits. Nous dépendons également des Terre-Neuviens, qui attrapent les phoques du Groenland lors de la migration. Il faut rappeler que la chasse aux phoques est une activité saisonnière.

 

Nous apprécions les tentatives de la Communauté européenne pour exclure les Inuits de leur interdiction de la chasse de subsistance. Néanmoins, ce n’est pas le problème. Nous nous inquiétons principalement pour la chasse commerciale. Nous vendons nos produits à l’étranger, sur la scène internationale. Nous dépendons de la vente des pelleteries et des produits dérivés. Cette industrie est essentielle à notre survie économique.

 

Nous sommes manifestement en faveur de la chasse commerciale au Canada et nous continuons d’appuyer nos confrères de Terre-Neuve et du Bas-Saint-Laurent.

 

Nakurmiik,

 

L’honorable Charlie Watt, sénateur

Publications récentes

Les familles d’enfants autistes en crise : rien n’a changé

31 mars, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Le 2 avril est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le mois dernier, un comité spécial de l’Assemblée législative de l’Ontario a publié un rapport provisoire sur les services de développement en Ontario. Les recommandations finales seront présentées au gouvernement de l’Ontario en mai.

Reddition de comptes et transparence pour l’ensemble du Parlement

25 mars, 2014 | Par le sénateur Percy Downe | J’ai parlé à de nombreux Canadiens récemment et ils souhaitent plus de transparence et une meilleure reddition de comptes de la part du gouvernement. Ils ne veulent pas de slogans. Ils ne veulent pas de promesses. Ils veulent qu’on agisse, et comme le Sénat et la Chambre des communes sont le lien principal entre les Canadiens et le gouvernement, il est de notre devoir de répondre aux demandes de la population. Les temps changent. Les attentes changent. Les normes changent. Ce qui était acceptable il y a 20 ans ou 10 ans ne l’est plus maintenant.

Harper et le mythe de la création d’emploi

4 févr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Avec près de 46 000 Canadiens qui ont perdu leur emploi en décembre, force est d’admettre que l’économie ne se porte pas aussi bien que le prétend le gouvernement Harper. Même si on nous répète que non seulement notre économie va bien, mais que nous faisons figure de leader mondial à ce chapitre, ce n’est malheureusement pas le cas.

Agents libres chez les sénateurs d’Ottawa : le nouveau Sénat

4 févr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Mercredi, le Sénat est entré dans une ère nouvelle. Justin Trudeau a annoncé que les 32 sénateurs libéraux en exercice ne seraient plus membres du Caucus libéral national. Son but : contribuer à éliminer la partisanerie excessive qui a entravé le Sénat dans son rôle de second examen objectif. Il a promis aux Canadiens que lorsqu’il deviendra premier ministre, il mettra également fin au favoritisme dans les nominations au Sénat en mettant en place un processus public, ouvert, transparent et non partisan pour nommer et confirmer les sénateurs.

Arguments pour un Sénat non élu

30 janv., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Les sénateurs canadiens expriment souvent leur frustration face au peu d’attention que suscitent leurs travaux — l’étude approfondie de politiques et le « second examen objectif » des mesures législatives présentées à la Chambre des communes.
« 1 2 3 4 5  ... »