Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Joseph Day

L Nommé au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien, le sénateur Joseph Day, un avocat et ingénieur bien connu, représente le Nouveau-Brunswick et la division sénatoriale de Saint John-Kennebecasis.

Publications

Le problème combiné de l’énergie et des changements climatiques va constituer l’un des plus grands défis de notre génération

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par les sénateurs David Angus, Grant Mitchell et Elaine McCoy le 13 juillet 2009

OTTAWA — L’un des plus grands défis que va se devoir de relever notre génération est de résoudre le problème combiné que constituent les pressions que subissent notre modèle énergétique actuel et l’ampleur des changements climatiques.

Définir la politique du Canada en la matière va susciter des débats publics qui décideront de notre avenir. Notre Comité, le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, se prépare à étudier, lors de la prochaine session d’automne, les problèmes que connaît le secteur de l’énergie.

Nous allons passer l’été à étudier les divers documents disponibles sur la question afin de mieux connaître les ressources énergétiques, et notamment en énergies de remplacement ou renouvelables, dont dispose le Canada, ainsi que le fonctionnement des différentes politiques et infrastructures énergétiques fédérales, provinciales et territoriales.

Nous nous intéresserons notamment aux politiques et aux marchés de fixation du prix du carbone qui se mettent peu à peu en place partout dans le monde. Nous nous intéresserons tout particulièrement aux principes régissant le système de plafonnement et d’échange que les États-Unis sont sur le point d’instaurer. Nos voisins ont décidé d’adopter une politique de fixation du prix du carbone fondé sur le plafonnement et l’échange, et nous souhaitons déterminer la meilleure façon, pour le Canada, de mettre en place un régime similaire qui puisse s’intégrer au régime américain.

Lorsque le Sénat reprendra ses travaux à l’automne, nous entendrons divers témoins et consulterons tout un éventail de Canadiens. Nous souhaitons entendre autant de points de vue que possible, des industriels aux scientifiques, en passant par les défenseurs de l’environnement et les représentants des gouvernements provinciaux et territoriaux.

Notre comité veut entendre ce que les Canadiens ont à proposer, et découvrir par lui-même le travail de ceux qui investissent dans les énergies de demain. Nous nous rendrons à Washington (D.C.) pour y rencontrer les décideurs américains et voyagerons à travers le Canada en vue d’y tenir des tables rondes et des réunions publiques dans le cadre de nos consultations. Nous publierions, au cours des deux prochaines années, plusieurs rapports assortis de recommandations sur ce que pourrait être, pour le Canada, un avenir énergétique durable.

Notre comité est unanimement conscient qu’il s’agit là d’un travail important, qui ne saurait attendre.

Nous nous dirigeons vers un monde où les émissions de carbone seront contrôlées. Afin d’atténuer les changements climatiques, nous devons apprendre à gérer nos émissions en gaz à effet de serre et changer la façon dont nous produisons l’énergie nécessaire à nos automobiles, à nos maisons, à nos entreprises et à nos industries.

Alors que les pressions sur le modèle énergétique actuel ne cessent d’augmenter, le Canada va devoir faire des choix difficiles. Comment devons-nous gérer nos exportations d’énergie? Devons-nous envisager un programme de sécurité énergétique Est/Ouest? Les ressources énergétiques canadiennes sont indispensables pour répondre à la demande mondiale en énergie, mais nous devons également réduire nos émissions de GES de façon draconienne : pouvons-nous faire les deux, et d’une façon qui assure notre prospérité future tout en garantissant notre sécurité environnementale?

Aux États-Unis, la Chambre des représentants a adopté la Loi Waxman-Markey, qui constitue une première étape, mais une étape importante, vers l’établissement d’un régime américain de plafonnement et d’échange afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

D’éventuelles dispositions « environnementales » protectionnistes, dans le cadre du système de plafonnement et d’échange américain, pourraient avoir de graves répercussions sur le Canada. Nous devons nous préparer à nous aligner sur les Américains, et ce, tout particulièrement, pour garantir la compétitivité de nos industries.

Trop longtemps, nous n’avons payé qu’une fraction du coût réel de l’énergie que nous consommions. Comme le disent familièrement les économistes, « on n’a rien pour rien », et nous commençons tout juste à payer le coût différé de l’énergie bon marché. Mais cette hausse des prix va également créer des occasions en or pour les sociétés et les entrepreneurs canadiens. Le développement de technologies liées aux énergies propres s’est déjà révélé payant, et cette tendance ne peut que s’accentuer.

Nous devons relever le défi de repenser toutes nos façons de faire. Les Canadiens se sont déjà attelés à la tâche, et c’est aux responsables publics et aux parlementaires de définir le cadre dans lequel pourront se développer ces innovations en matière d’énergie.

 

Le sénateur conservateur W. David Angus est le président du Comité sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles. Le sénateur libéral Grant Mitchell en est le vice-président, et la sénatrice conservatrice-progressiste Elaine McCoy est une membre active du Comité.


Publications récentes

Les familles d’enfants autistes en crise : rien n’a changé

31 mars, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Le 2 avril est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le mois dernier, un comité spécial de l’Assemblée législative de l’Ontario a publié un rapport provisoire sur les services de développement en Ontario. Les recommandations finales seront présentées au gouvernement de l’Ontario en mai.

Reddition de comptes et transparence pour l’ensemble du Parlement

25 mars, 2014 | Par le sénateur Percy Downe | J’ai parlé à de nombreux Canadiens récemment et ils souhaitent plus de transparence et une meilleure reddition de comptes de la part du gouvernement. Ils ne veulent pas de slogans. Ils ne veulent pas de promesses. Ils veulent qu’on agisse, et comme le Sénat et la Chambre des communes sont le lien principal entre les Canadiens et le gouvernement, il est de notre devoir de répondre aux demandes de la population. Les temps changent. Les attentes changent. Les normes changent. Ce qui était acceptable il y a 20 ans ou 10 ans ne l’est plus maintenant.

Harper et le mythe de la création d’emploi

4 févr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Avec près de 46 000 Canadiens qui ont perdu leur emploi en décembre, force est d’admettre que l’économie ne se porte pas aussi bien que le prétend le gouvernement Harper. Même si on nous répète que non seulement notre économie va bien, mais que nous faisons figure de leader mondial à ce chapitre, ce n’est malheureusement pas le cas.

Agents libres chez les sénateurs d’Ottawa : le nouveau Sénat

4 févr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Mercredi, le Sénat est entré dans une ère nouvelle. Justin Trudeau a annoncé que les 32 sénateurs libéraux en exercice ne seraient plus membres du Caucus libéral national. Son but : contribuer à éliminer la partisanerie excessive qui a entravé le Sénat dans son rôle de second examen objectif. Il a promis aux Canadiens que lorsqu’il deviendra premier ministre, il mettra également fin au favoritisme dans les nominations au Sénat en mettant en place un processus public, ouvert, transparent et non partisan pour nommer et confirmer les sénateurs.

Arguments pour un Sénat non élu

30 janv., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Les sénateurs canadiens expriment souvent leur frustration face au peu d’attention que suscitent leurs travaux — l’étude approfondie de politiques et le « second examen objectif » des mesures législatives présentées à la Chambre des communes.
« 1 2 3 4 5  ... »