Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Serge Joyal

L Nommé au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien, le sénateur Serge Joyal représente le Québec et la division sénatoriale de Kennebec. Sa nomination remonte au 26 novembre 1997.

Publications

De mauvaises décisions pourraient couler la Marine du Canada

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Colin Kenny et le sénateur William Rompkey (retraité) le 16 juillet 2009

Les planificateurs des forces armées ne peuvent se permettre de se tromper dans l’achat de navires pour la Marine canadienne. Et ce, pour deux très bonnes raisons.

D’abord, les nouveaux navires feront partie de l’ossature de la Marine dont les Canadiens auront besoin pour naviguer sur des eaux internationales agitées au cours de la prochaine décennie. Quiconque ne croit pas qu’une puissante marine de guerre est importante pour l’influence politique et économique d’un pays connaît bien mal le monde dans lequel nous vivons.

Deuxièmement, ces navires sont extrêmement coûteux et une ou deux bourdes en matière d’acquisition pourraient saborder nos plans de remise en état de notre flotte, laquelle risque actuellement de sombrer dans l’insignifiance.

Dans ce contexte, l’étrangeté de ce qui se passe au ministère de la Défense nationale par les temps qui courent, en ce qui concerne deux achats cruciaux, donne un certain mal de mer aux gens qui suivent la situation de près.

Le problème le plus évident concerne l’achat annoncé de trois navires de soutien interarmées. Cette acquisition est en attente depuis que le gouvernement actuel a reçu des soumissions dont le coût dépasse de loin ce que le gouvernement semble disposé à payer pour ce matériel.

Ce devaient être d’énormes navires qui joueraient un double rôle : ils allaient remplacer des navires de soutien vieux de 40 ans qui approvisionnent en munitions et en carburant les forces opérationnelles en mission en mer, en plus de transporter des véhicules et d’autres équipements pour des forces terrestres canadiennes opérant à l’étranger. L’état de suspension de cet achat menace le renouvellement de nos forces navales.

Ce n’est pas tout. Il y a sur la planche à dessin un autre navire à double vocation qui suscite des inquiétudes. Il s’agit en fait de l’achat prévu de six à huit patrouilleurs devant être utilisés dans l’Arctique en été et en automne, et au large des côtes est et ouest du Canada le restant de l’année.

Le Comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense soutient depuis deux ans que le projet du gouvernement d’acquérir ces navires est malavisé pour diverses raisons.

Voici maintenant que le Comité sénatorial des pêches et océans – dans son nouveau rapport intitulé Relever le défi de l’Arctique : Rapport sur la Garde côtière canadienne  – préconise lui aussi une meilleure stratégie de contrôle de nos eaux nordiques. 

Le gouvernement Harper, attaché à juste titre à la promotion de la souveraineté du Canada dans l’Arctique, a décidé que la meilleure façon de faire consisterait à placer ces nouveaux patrouilleurs sous le contrôle de la Marine. En outre, celle-ci s’acquitterait dorénavant de certaines responsabilités dans l’Arctique qui étaient traditionnellement l’apanage de la Garde côtière canadienne.

Dans son rapport, le Comité des pêches et océans fait remarquer que la Garde côtière « a beaucoup plus d’expérience et d’expertise dans le Nord que la
Marine. » Il affirme que la Garde côtière devrait être équipée de nouveaux brise-glaces qui ne pourraient peut-être pas tenir la dragée haute à la puissante flotte russe, mais qui, au moins, seraient plus respectables que ceux que nous avons en ce moment.

L’actuelle flotte canadienne de brise-glaces, signale-t-on dans le rapport, croule sous le poids des ans et elle a été conçue pour une utilisation dans le fleuve Saint-Laurent, et non dans l’océan Arctique.  Notre « flotte de brise-glaces ne sera plus suffisante quand augmentera le trafic maritime »  (en raison du réchauffement des eaux nordiques). Malheureusement, la commande ne sera passée que pour un seul brise-glace, le gouvernement concentrant plutôt son attention sur les patrouilleurs. Ceux-ci, peut-on lire dans le rapport du Comité des pêches et des océans, ne pourront briser que de la glace de formation récente. Des navires pour l’Arctique dignes de ce nom doivent être en mesure de se tirer d’affaire dans les glaces plus dures et plus épaisses, en place depuis des années, qui continueront d’encombrer les eaux arctiques.

De plus, le Comité cite Michael Turner, ex-commissaire de la Garde côtière par intérim, selon lequel les nouveaux navires seraient de conception hybride « avec une capacité limitée de navigation en eau libre. » À l’évidence, cela s’applique à la fois à l’Arctique et aux côtes est et ouest du Canada. Lents et légèrement armés, ces nouveaux navires sont conçus pour une menace « de faible intensité ». Ils seraient trop faibles pour être utilisés dans le Nord.

Le Comité de la sécurité nationale et de la défense a soutenu dans deux rapports qu’en faisant intervenir la Marine dans l’Arctique, on sapera son efficacité ailleurs, et que la Marine ne détient pas les compétences que la Garde côtière possède dans l’Arctique.

Il a fait valoir, de surcroît, que la Garde côtière devrait être aussi bien armée que celle des États-Unis. Si le gouvernement veut des armes à bord des navires pour bien montrer que la souveraineté lui tient à cœur – ce qui est manifestement le cas –, alors, qu’il arme la Garde côtière. Le syndicat représentant les employés de la Garde côtière n’y est pas opposé, à condition que les officiers et les équipages soient dûment formés et rémunérés.

Une fois de plus, le rapport du Comité de la défense recoupe celui du Comités des pêches et océans, qui recommande de déployer des brise-glaces multimissions de la Garde côtière, ce qui « serait une façon rentable de répondre aux besoins de surveillance du territoire et de maintien de la souveraineté du Canada dans l’Arctique. »

En bref, aussi bien en confiant ces patrouilleurs à des officiers de la Marine qu’en achetant ces navires mêmes, on commettrait une énorme erreur – le genre d’erreur qu’un pays ayant un budget militaire limité ne peut se permettre de faire. Ces patrouilleurs ne seraient même pas suffisamment rapides pour arraisonner certains vaisseaux de pêche, ce qui rend sceptique quant à leur utilité sur les côtes est et ouest.

Lorsque deux comités disent au gouvernement qu’il doit revoir ses orientations dans l’Arctique, le gouvernement devrait peut-être montrer qu’il les écoute.

Le sénateur Colin Kenny est président du Comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense.
Le sénateur Bill Rompkey est président du Comité sénatorial des pêches et des océans.


Publications récentes

Les familles d’enfants autistes en crise : rien n’a changé

31 mars, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Le 2 avril est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le mois dernier, un comité spécial de l’Assemblée législative de l’Ontario a publié un rapport provisoire sur les services de développement en Ontario. Les recommandations finales seront présentées au gouvernement de l’Ontario en mai.

Reddition de comptes et transparence pour l’ensemble du Parlement

25 mars, 2014 | Par le sénateur Percy Downe | J’ai parlé à de nombreux Canadiens récemment et ils souhaitent plus de transparence et une meilleure reddition de comptes de la part du gouvernement. Ils ne veulent pas de slogans. Ils ne veulent pas de promesses. Ils veulent qu’on agisse, et comme le Sénat et la Chambre des communes sont le lien principal entre les Canadiens et le gouvernement, il est de notre devoir de répondre aux demandes de la population. Les temps changent. Les attentes changent. Les normes changent. Ce qui était acceptable il y a 20 ans ou 10 ans ne l’est plus maintenant.

Harper et le mythe de la création d’emploi

4 févr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Avec près de 46 000 Canadiens qui ont perdu leur emploi en décembre, force est d’admettre que l’économie ne se porte pas aussi bien que le prétend le gouvernement Harper. Même si on nous répète que non seulement notre économie va bien, mais que nous faisons figure de leader mondial à ce chapitre, ce n’est malheureusement pas le cas.

Agents libres chez les sénateurs d’Ottawa : le nouveau Sénat

4 févr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Mercredi, le Sénat est entré dans une ère nouvelle. Justin Trudeau a annoncé que les 32 sénateurs libéraux en exercice ne seraient plus membres du Caucus libéral national. Son but : contribuer à éliminer la partisanerie excessive qui a entravé le Sénat dans son rôle de second examen objectif. Il a promis aux Canadiens que lorsqu’il deviendra premier ministre, il mettra également fin au favoritisme dans les nominations au Sénat en mettant en place un processus public, ouvert, transparent et non partisan pour nommer et confirmer les sénateurs.

Arguments pour un Sénat non élu

30 janv., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Les sénateurs canadiens expriment souvent leur frustration face au peu d’attention que suscitent leurs travaux — l’étude approfondie de politiques et le « second examen objectif » des mesures législatives présentées à la Chambre des communes.
« 1 2 3 4 5  ... »