Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Larry Campbell

L L'un des plus célèbres citoyens de Vancouver, le sénateur Larry W. Campbell a servi comme maire de 2002-2005 après une brillante carrière principalement dans l'application de la loi et comme coroner en chef de la Colombie-Britannique. Depuis le 2 août 2005, il a représenté la Colombie-Britannique au Sénat.

Publications

Le Canada peut célébrer le 20e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant en adoptant le projet de loi S-209

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié par le sénateur Céline Hervieux-Payette le 20 novembre 2009

Le rôle que l’État doit jouer dans la vie des Canadiens a fait l’objet de nombreux débats au fil des ans. Ces débats ont permis de conclure que l’État à l’obligation morale d’aider tous les citoyens, et cette obligation s’applique tout particulièrement aux membres de la société les plus vulnérables, notamment les enfants.

Les scientifiques ont prouvé à maintes reprises que les enfants entre 2 et 12 ans traversent une période de développement critique qui aura une incidence sur les adultes qu’ils deviendront. Pour cette raison, nous devons repenser les comportements que notre société juge acceptables pour élever les enfants et développer leur plein potentiel.

Les parents ne sont pas souverains dans leur façon de traiter un enfant, un conjoint ou un membre de la famille. Les enfants sont des êtres humains qui ont droit aux mêmes privilèges que leurs parents, notamment le droit à la vie, à la liberté, et plus important encore, à l’intégrité physique.

La société doit examiner de plus près les nouveaux rôles que les parents doivent assumer et qui résultent d’une récente prise de conscience. Et c’est cette prise de conscience qui me pousse à utiliser mon rôle de législatrice pour proposer des modifications aux méthodes éducatives traditionnelles. Le projet de loi S-209 que je propose pour protéger les enfants ne criminalisera jamais les parents mais cherche à les aider dans la recherche d’une éducation non violente. C’est pourquoi ce projet de loi prévoit une période de sensibilisation avant son entrée en vigueur.

Le recours aux valeurs religieuses comme l’éducation, le pardon, le respect et la compassion doivent nous permettre de créer une société plus harmonieuse. Ces valeurs sont représentées dans le projet de loi S-209 et reflètent une vision nouvelle de l’enfant dans nos sociétés modernes.

Le 20 novembre 2009 marquera le 20e anniversaire de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Nous devons profiter de cette occasion pour adopter le projet de loi S-209. Le Canada a signé cette Convention, mais il ne fait pas suffisamment d’efforts pour protéger les enfants contre la violence éducative. Il est urgent de prouver non seulement à la communauté internationale que le Canada est fidèle à sa réputation en matière de droits humains, mais aussi de prouver à nos enfants que le Canada veille à ce qu’ils puissent développer leur plein potentiel.

Le Canada a beaucoup appris d’autres pays en matière de droits des enfants, notamment ceux qui ont adopté des lois semblables au projet de loi que je propose. Ces pays ont réussi à légiférer les comportements sans toutefois compromettre le droit des parents d’éduquer leurs enfants en les incitants à une éducation positive.

La relation parent-enfant au Canada doit changer; le projet de loi S-209 doit servir de fondation pour protéger davantage les droits des enfants. On ne peut arriver à une société harmonieuse sans méthodes éducatives pacifiques. Il ne faut jamais oublier que les enfants d’aujourd’hui seront les parents de demain et qu’il revient aux adultes d’adopter les comportements qu’ils espèrent que leurs enfants reproduiront un jour.


Publications récentes

Les familles d’enfants autistes en crise : rien n’a changé

31 mars, 2014 | Par le sénateur Jim Munson | Le 2 avril est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Le mois dernier, un comité spécial de l’Assemblée législative de l’Ontario a publié un rapport provisoire sur les services de développement en Ontario. Les recommandations finales seront présentées au gouvernement de l’Ontario en mai.

Reddition de comptes et transparence pour l’ensemble du Parlement

25 mars, 2014 | Par le sénateur Percy Downe | J’ai parlé à de nombreux Canadiens récemment et ils souhaitent plus de transparence et une meilleure reddition de comptes de la part du gouvernement. Ils ne veulent pas de slogans. Ils ne veulent pas de promesses. Ils veulent qu’on agisse, et comme le Sénat et la Chambre des communes sont le lien principal entre les Canadiens et le gouvernement, il est de notre devoir de répondre aux demandes de la population. Les temps changent. Les attentes changent. Les normes changent. Ce qui était acceptable il y a 20 ans ou 10 ans ne l’est plus maintenant.

Harper et le mythe de la création d’emploi

4 févr., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Avec près de 46 000 Canadiens qui ont perdu leur emploi en décembre, force est d’admettre que l’économie ne se porte pas aussi bien que le prétend le gouvernement Harper. Même si on nous répète que non seulement notre économie va bien, mais que nous faisons figure de leader mondial à ce chapitre, ce n’est malheureusement pas le cas.

Agents libres chez les sénateurs d’Ottawa : le nouveau Sénat

4 févr., 2014 | Par le sénateur James Cowan | Mercredi, le Sénat est entré dans une ère nouvelle. Justin Trudeau a annoncé que les 32 sénateurs libéraux en exercice ne seraient plus membres du Caucus libéral national. Son but : contribuer à éliminer la partisanerie excessive qui a entravé le Sénat dans son rôle de second examen objectif. Il a promis aux Canadiens que lorsqu’il deviendra premier ministre, il mettra également fin au favoritisme dans les nominations au Sénat en mettant en place un processus public, ouvert, transparent et non partisan pour nommer et confirmer les sénateurs.

Arguments pour un Sénat non élu

30 janv., 2014 | Par le sénateur Art Eggleton | Les sénateurs canadiens expriment souvent leur frustration face au peu d’attention que suscitent leurs travaux — l’étude approfondie de politiques et le « second examen objectif » des mesures législatives présentées à la Chambre des communes.
« 1 2 3 4 5  ... »