Nouvelles & communiqués

Le Comité sénatorial permanent des droits de la personne étudiera la cyberintimidation
Le comité s’intéresse de près aux questions qui touchent les jeunes

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié le 12 décembre 2011

Ottawa (le 12 décembre 2011) – Compte tenu de la récente vague de suicides résultant de l’intimidation et de la cyberintimidation au Canada et ailleurs dans le monde, le Comité sénatorial permanent des droits de la personne examinera, en vue d’en faire rapport, la question de la cyberintimidation au Canada en regard des obligations du pays en matière de droits de la personne aux termes de l’article 19 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. 

L’intimidation s’est transformée et n’est plus seulement pratiquée à l’école et au terrain de jeux mais également dans nos foyers. « Dans le cadre de son étude, le comité examinera la possibilité de mettre en œuvre, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, une initiative nationale de prévention de la cyberintimidation afin de protéger les enfants », a déclaré la sénatrice Mobina Jaffer, présidente du comité. 

« Les questions touchant les droits des jeunes nous tiennent à cœur », a précisé la sénatrice Salma Ataullahjan, qui est membre du comité et marraine de l’étude. « Compte tenu du nombre croissant d’enfants victimes de cyberintimidation, sans parler du nombre effarant de suicides, il est nécessaire de s’attaquer à la cyberintimidation de front. Nous devrons le faire pour l’avenir de notre pays. »

L’idée que l’on se fait habituellement de l’intimidation est dépassée. L’arrivée de nouvelles technologies telles que les téléphones munis d’un appareil photo et les médias sociaux, et leur facilité d’accès, sont en train de transformer le visage de l’intimidation dans la société moderne. La cyberintimidation vient s’ajouter aux agressions sociales, verbales et physiques. On n’a plus affaire à la brute s’en prenant continuellement au faible dans la cour d’école, mais plutôt à un contexte de « luttes sociales ». Comme en témoigne une étude de l’Université de la Californie réalisée en 2011, l’intimidation est stratégique, passe inaperçue et est intrinsèquement liée à la hiérarchie sociale dans les écoles. 

Chaque mois, 282 000 cas d’intimidation sont signalés dans les écoles secondaires du Canada, et le suicide occupe maintenant le deuxième rang des causes de décès chez les jeunes Canadiens. Le comité sénatorial entend examiner des moyens de protéger et d’aider les enfants afin qu’ils ne soient pas seuls pour affronter la victimisation. Le comité présentera au gouvernement des recommandations visant à s’attaquer à l’intimidation et à la cyberintimidation après qu’il aura examiné la question et entendu des témoignages. 

Le comité fera comparaître des témoins et recueillera de l’information à compter du 12 décembre 2011 et fera rapport de ses conclusions au plus tard le 31 octobre 2012.

Pour en savoir plus sur le travail du comité et pour consulter de précédents rapports, veuillez visiter le site web http://senate-senat.ca/ridr-f.asp.

 

Le Sénat du Canada est sur Twitter à l’adresse @SenatCA. Pour suivre les activités du comité, il suffit d’utiliser le mot-clé-diésé #RIDR. 

 

Renseignements :

Jean-Pierre Morin
Relations avec les médias
613-996-7136  ou 1-800-267-7362
morinj@sen.parl.gc.ca

Daniel Charbonneau
Greffier du comité
613-993-4874 ou 1-800-267-7362
charbd@sen.parl.gc.ca

Nouvelles les plus récentes

150 jours d’indépendance
Le caucus libéral du Sénat va de l’avant avec cinq initiatives clés

27 juin, 2014 | Par | Cent cinquante jours se sont écoulés depuis que le chef du Parti libéral Justin Trudeau a annoncé son plan pour réduire la partisannerie excessive et le favoritisme au Sénat, commençant avec l’annonce que tous les sénateurs libéraux deviendraient complètement indépendants du caucus libéral élu. Les sénateurs nouvellement indépendants se sont rencontrés et ont décidé de former le caucus libéral du Sénat, qui a ensuite été reconnu par le Président du Sénat comme l’opposition officielle au Sénat.

L’Agence du revenu du Canada refuse de coopérer avec le directeur parlementaire du budget

19 juin, 2014 | Par | Le sénateur Percy Downe de Charlottetown a obtenu confirmation du directeur parlementaire du budget (DPB) que l’Agence du revenu du Canada (ARC) continue d’empêcher les Canadiens d’avoir accès à d’importantes informations du gouvernement concernant « l’écart fiscal », la différence entre les recettes fiscales que le gouvernement devrait pouvoir percevoir et celles qu’il perçoit en réalité, différence qui résulte de l’évasion fiscale outre-mer.

Le Comité sénatorial dépose un rapport sur l’innovation dans le secteur agricole et agroalimentaire

18 juin, 2014 | Par | Le Comité sénatorial permanent de l’agriculture et des forêts a déposé aujourd’hui son rapport intitulé L’innovation agricole : un élément clé pour nourrir une population en pleine croissance. Le comité s’est penché sur les défis du secteur agricole et agroalimentaire et la manière dont la recherche et l’innovation peuvent aider les intervenants à surmonter ces défis tout en s’adaptant au paysage changeant dans lequel ils évoluent.

Le Comité de la sécurité nationale et de la défense dépose un rapport sur la défense antimissiles balistiques

17 juin, 2014 | Par | Le Canada devrait participer au programme américain de défense antimissiles balistiques. C’est ce que le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense soutient dans son rapport intitulé Le Canada et la défense antimissiles balistiques : S’adapter à l’évolution du contexte de menace, déposé aujourd’hui au Sénat.

La démutualisation de compagnies d’assurance préoccupe les insulaires

13 juin, 2014 | Par | Le sénateur de Charlottetown Percy Downe a exprimé, au Sénat, son opposition aux mesures contenues dans le budget fédéral de 2014 qui portent sur les sociétés mutuelles d’assurances, et plus précisément sur la manière dont ces mesures touchent les habitants de l’Île-du-Prince-Édouard. M. Downe s’inquiète des procédures établies pour la démutualisation de ces sociétés, qui ont été fondées, dans bien des cas, par des agriculteurs qui étaient incapables de souscrire une assurance à juste prix.
« 1 2 3 4 5  ... »