Restez en contact

facebook Forum des idées youtube flickr

Rencontrez

Joan Fraser

L La sénatrice Joan Fraser est bien connue des Canadiens comme journaliste et commentatrice. Nommé au Sénat par le Très honorable Jean Chrétien, elle représente le Québec et la division sénatoriale De Lorimier.

Nouvelles & communiqués

Projet de loi S-211 : La sénatrice Chaput présente les grandes lignes

Plus sur...

Partager

Commentaires

Lisez les commentaires sur cette page ou ajoutez-en un.
Publié le 31 mai 2012

OTTAWA, le 31 mai 2012 – La sénatrice manitobaine Maria Chaput a présenté, le 30 mai 2012, les grandes lignes du projet de loi S-211, qui vise à moderniser la partie IV de la Loi sur les langues officielles – communications et services destinés au public. 

La Partie IV de la Loi sur les langues officielles adresse l’obligation du gouvernement fédéral d’offrir des services aux communautés de langue officielle en milieu minoritaire lorsqu’il y a une « demande importante ».  S-211 propose une nouvelle approche dans le calcul de cette demande; tenir compte du nombre de personnes pouvant communiquer dans la langue de la population de la minorité francophone ou anglophone de la région desservie, au lieu du nombre de personnes ayant cette langue comme première langue officielle parlée, et considérer la vitalité institutionnelle d’une communauté. 

« Ces modifications sont nécessaires car le mode de calcul utilisé actuellement, basé largement sur la taille relative de la population de la communauté francophone ou anglophone, place un fardeau injuste sur ces communautés », explique la sénatrice Chaput.  « Le régime actuel n’adresse aucun des principaux facteurs qui ont redéfini l’image des communautés de langue officielle lors des 30 dernières années : ni l’exogamie, ni l’urbanisation, ni l’immigration, ni même la vitalité des communautés. »

S-211 impose aux institutions fédérales de prendre toutes les mesures raisonnables afin d’offrir des communications et des services de qualité égale dans les deux langues officielles, et de prévenir le public avant de couper ou réduire des services dans la langue de la population de la minorité francophone ou anglophone d’une région. 

S-211 vise à assurer au public l’accès à des services dans la langue officielle de son choix dans les importants centres de transport.   « À cet égard, explique la sénatrice, ce projet de loi ne crée pas une nouvelle tendance, mais vient souligner une tendance positive qu’on peut observer au Canada ». 

Finalement, S-211 rend obligatoire la révision décennale du règlement d’application de la Partie IV de la Loi sur les langues officielles.  « En assurant cette révision, on évite aux générations futures de se retrouver avec un règlement désuet qui ne tient pas compte des grands changements démographiques, sociaux et juridiques. »

La sénatrice Chaput souligne l’importance de ce projet de loi pour les communautés de langue officielle en milieu minoritaire, et fait appel à tous les sénateurs, indépendamment de leur allégeance politique, de se prononcer en faveur d’une étude approfondie de S-211 au sein du Comité sénatorial permanent des langues officielles.   

Site web : www.mariachaput.ca
Twitter : @SenChaput

- 30 -

Pour obtenir une entrevue avec la Sénatrice Chaput, veuillez communiquer avec :
Suzanne Belliveau au 613-943-2435 ou par courriel : bellis@sen.parl.gc.ca

Nouvelles les plus récentes

150 jours d’indépendance
Le caucus libéral du Sénat va de l’avant avec cinq initiatives clés

27 juin, 2014 | Par | Cent cinquante jours se sont écoulés depuis que le chef du Parti libéral Justin Trudeau a annoncé son plan pour réduire la partisannerie excessive et le favoritisme au Sénat, commençant avec l’annonce que tous les sénateurs libéraux deviendraient complètement indépendants du caucus libéral élu. Les sénateurs nouvellement indépendants se sont rencontrés et ont décidé de former le caucus libéral du Sénat, qui a ensuite été reconnu par le Président du Sénat comme l’opposition officielle au Sénat.

L’Agence du revenu du Canada refuse de coopérer avec le directeur parlementaire du budget

19 juin, 2014 | Par | Le sénateur Percy Downe de Charlottetown a obtenu confirmation du directeur parlementaire du budget (DPB) que l’Agence du revenu du Canada (ARC) continue d’empêcher les Canadiens d’avoir accès à d’importantes informations du gouvernement concernant « l’écart fiscal », la différence entre les recettes fiscales que le gouvernement devrait pouvoir percevoir et celles qu’il perçoit en réalité, différence qui résulte de l’évasion fiscale outre-mer.

Le Comité sénatorial dépose un rapport sur l’innovation dans le secteur agricole et agroalimentaire

18 juin, 2014 | Par | Le Comité sénatorial permanent de l’agriculture et des forêts a déposé aujourd’hui son rapport intitulé L’innovation agricole : un élément clé pour nourrir une population en pleine croissance. Le comité s’est penché sur les défis du secteur agricole et agroalimentaire et la manière dont la recherche et l’innovation peuvent aider les intervenants à surmonter ces défis tout en s’adaptant au paysage changeant dans lequel ils évoluent.

Le Comité de la sécurité nationale et de la défense dépose un rapport sur la défense antimissiles balistiques

17 juin, 2014 | Par | Le Canada devrait participer au programme américain de défense antimissiles balistiques. C’est ce que le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense soutient dans son rapport intitulé Le Canada et la défense antimissiles balistiques : S’adapter à l’évolution du contexte de menace, déposé aujourd’hui au Sénat.

La démutualisation de compagnies d’assurance préoccupe les insulaires

13 juin, 2014 | Par | Le sénateur de Charlottetown Percy Downe a exprimé, au Sénat, son opposition aux mesures contenues dans le budget fédéral de 2014 qui portent sur les sociétés mutuelles d’assurances, et plus précisément sur la manière dont ces mesures touchent les habitants de l’Île-du-Prince-Édouard. M. Downe s’inquiète des procédures établies pour la démutualisation de ces sociétés, qui ont été fondées, dans bien des cas, par des agriculteurs qui étaient incapables de souscrire une assurance à juste prix.
« 1 2 3 4 5  ... »